Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Entretien Sécurite Armée
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc
Entretien Sécurite Armée

Entretien Sécurite Armée

Flash doit être installé pour pouvoir visualiser les photos.Obtenir Flash Macromedia.
Le secteur réunit les professionnels qui surveillent et sécurisent les espaces publics et privés, les biens et les personnes, ou qui entretiennent ces espaces.
La branche entretien – propreté est créatrice d’emplois. Les professionnels interviennent dans les bureaux, bien sûr, mais aussi dans les hôpitaux, dans les entreprises de l’électronique, du nucléaire, de l’agro-alimentaire… qui nécessitent des techniques pointues et le respect de procédures strictes.
Pour les métiers de la sécurité privée, il s’agit de prévenir les actes de malveillance comme les vols. Mais pas seulement. En entreprise, des professionnels sont chargés de réduire les risques pour le personnel (accidents du travail, incendies, pollutions…). Des inspecteurs du travail interviennent également pour contrôler l'application du droit en matière de santé, sécurité, hygiène, conditions de travail, droits des salariés (congés payés, liberté d'expression dans l'entreprise...). 
La sécurité publique, quant à elle, est assurée par les gendarmes, la police nationale ou encore la police municipale. Ces fonctionnaires, aux missions complémentaires, garantissent la sécurité des personnes, des biens, des institutions, veillent à l’exécution des lois, préviennent les troubles de l’ordre public.
Enfin l’armée propose des métiers variés. Armée de terre, Armée de l’Air, Marine nationale… Sur le terrain ou dans les bureaux… L’institution militaire regroupe des combattants mais aussi des personnels civils exerçant dans l’administration, les domaines techniques ou le secteur médico-social.
 

Est-ce vrai ?

 

Que les professionnels de la propreté interviennent seulement pour nettoyer les bureaux ?

Faux. C’est vrai qu’une grande part de l’activité des entreprises de propreté concerne le nettoyage « classique » (80%). Elles assurent ainsi l’entretien de bureaux, d’équipements collectifs comme les écoles, de bâtiments d’habitation…
Mais certaines entreprises travaillent dans la propreté dite « spécialisée » (15 %). Les professionnels interviennent alors dans des environnements sensibles où la propreté est un enjeu primordial (hôpitaux, usines agroalimentaires, industries pharmaceutiques…). Ils y effectuent, par exemple, des opérations de désinfection spécifiques et maîtrisent pour cela des techniques innovantes. 


Qu’un agent de sécurité doit être musclé ?

Faux. C’est un métier qui se professionnalise. Amené-e à intervenir dans le cadre de la surveillance d’un grand magasin, l'agent-e de sécurité le fait de manière ferme mais sans outrepasser les limites fixées par la loi. Si son autorité personnelle ne suffit pas pour résoudre le problème, il ou elle doit appeler la police. Dans le cadre de la surveillance de locaux, il/elle peut être amené-e à des interventions d’urgence en cas d’incidents (fuite d’eau, début d’incendie, panne de secteur...) et, si nécessaire, faire évacuer les lieux. Un-e bon-ne agent-e de sécurité est une personne courtoise, calme, équilibrée, vigilante et capable d’agir rapidement avec efficacité. Sa seule arme : sa personnalité !

 

Que les métiers du nettoyage ne demandent pas beaucoup de qualification ?

Vrai et faux. Une grande partie des effectifs est constituée de personnes non diplômées. Mais le secteur se professionnalise de plus en plus et développe, par exemple, la formation de son personnel déjà en poste. Le niveau de qualification des salariés de la branche tend à s’élever et le nombre de professionnels avec un diplôme de niveau V (CAP) ou IV (bac) augmente. L’évolution des techniques demande par ailleurs de nouvelles compétences. L’ultra-propreté, par exemple, exige un respect strict de certains protocoles.

 

Que le métier de pompier s’exerce sous la forme du volontariat ?

Vrai et faux. C’est vrai que, parmi les pompiers, on trouve une grande majorité de volontaires effectuant des interventions, en plus d'une autre activité ou pendant leurs études. Mais le métier peut s’exercer sous différents statuts. Les sapeurs-pompiers de Paris et les marins-pompiers de Marseille sont des militaires rattachés au ministère de la Défense. Dans les autres agglomérations, les pompiers sont des civils. Il s'agit soit de professionnels placés sous la responsabilité des collectivités territoriales, soit de volontaires. Si la profession peine à recruter des volontaires, elle a encore plus de mal à recruter des sapeurs-pompiers professionnels car le nombre de postes ouverts aux concours est réduit.  

 

 


 

Le secteur réunit les professionnels qui surveillent et sécurisent les espaces publics et privés, les biens et les personnes, ou qui entretiennent ces espaces. Si les emplois dans la fonction publique ont tendance à diminuer, les entreprises privées recrutent dans le domaine de la propreté et de la sécurité.

La propreté : des emplois en augmentation

La sécurité privée : le gardiennage mais pas seulement

La sécurité publique : gendarmerie, police nationale, police municipale... Des missions complémentaires

L'armée : terre, air, mer et civil

 

La propreté : des emplois en augmentation

 

Lavage des sols, des vitres, du mobilier, nettoyage des sanitaires, désinfection de certaines pièces… On a besoin de professionnels pour entretenir les habitations ou les locaux professionnels.
Nettoyage spécialiséLes entreprises font de plus en plus appel à des sociétés extérieures spécialisées dans le nettoyage pour réaliser ces opérations. La propreté rassemble différents types d’activités :
- les opérations de propreté classique : entretien de bureaux, de locaux commerciaux, d’immeubles d’habitation, d’équipements collectifs comme les écoles… Elles représentent 80 % de l’activité de la branche.
- les opérations de propreté spécialisée qui représentent 15 % de l’activité. Elles concernent l’entretien et le nettoyage des établissements de santé, les transports en communs, l’hôtellerie, les industries agroalimentaires... Les professionnels décontaminent des blocs opératoires, par exemple, ou réalisent des opérations de désinfection spécifique (dans l’électronique, l’industrie pharmaceutique…).
- Enfin, les services associés représentent 6 % de l’activité. Proposés par les entreprises de propreté à leurs clients, ils peuvent comprendre la gestion du courrier, les activités de manutention et de déménagements internes, la petite maintenance, l’entretien des espaces verts, la gestion des stocks…

 

La branche est créatrice d’emplois. De 2004 à 2009, les entreprises bretonnes de la propreté ont vu leur nombre augmenter de 21 %, et leurs effectifs de 20 %. Ainsi, en 2009, la région comptait 380 entreprises du secteur de la propreté et presque 14 500 salariés.
Les emplois sont plutôt stables avec 85 % de postes en CDI (contrat à durée indéterminée), mais souvent à temps partiel (près de ¾ des postes en 2007). De nombreux salariés doivent ainsi trouver plusieurs employeurs pour se constituer un emploi à temps complet. Les horaires peuvent également être décalés pour les professionnels. Car le nettoyage est souvent réalisé en dehors des heures d’ouverture, lorsque les salariés des entreprises clientes sont absents.
Par ailleurs, une grande partie des salariés de la propreté sont des agents de service non diplômés. Mais le secteur souhaite se professionnaliser et développe la formation de son personnel en poste. On note une baisse significative du nombre de personnes sans diplôme au profit des niveaux CAP et bac.


La sécurité privée : le gardiennage mais pas seulement

 

Les emplois dans la sécurité privée sont eux aussi en augmentation. Selon le Céreq, les entreprises spécialisées pour la sécurité des biens et des personnes ont connu une croissance très forte de leurs effectifs. « Ils représentent aujourd’hui 37 % de l’ensemble des effectifs consacrés à la sécurité (contre 21 % il y a 20 ans) et cette part devrait continuer à croître, du simple fait de la stagnation, voire régression, des effectifs du service public de sécurité. »

agents de sécurité sur un salonL’Insee comptabilise 230 entreprises de gardiennage-sécurité en Bretagne en 2009, soit 3360 salariés. 90 % d’entre eux étaient en CDI en 2006. Cependant, on note aussi un grand nombre de recrutements en CDD (79 % des recrutements en 2009), car les agents de sécurité sont souvent embauchés pour des activités ponctuelles ou liées à l’événementiel (salons, par exemple).

Le gardiennage et la surveillance de locaux n’est pas la seule activité du secteur. En entreprise ou dans le secteur public (mairies, centres hospitaliers…), des techniciens et responsables sécurité ont pour mission de réduire les risques possibles sur le lieu de travail : accidents du travail, maladies professionnelles, incendies, pollutions et même espionnage industriel.
Des fonctionnaires, inspecteurs et contrôleurs du travail, interviennent également pour contrôler l'application du droit dans les entreprises en matière de santé, sécurité, hygiène, conditions de travail, droits des salariés (congés payés, liberté d'expression dans l'entreprise...).


Sécurité publique : gendarmerie, police nationale, police municipale… des missions complémentaires

 

Au commissariat de policeLa sécurité publique, quant à elle, est assurée par la gendarmerie, la police nationale, la police municipale, les pompiers. Les différents corps exercent des activités complémentaires.
Les policiers nationaux sont ainsi des fonctionnaires d’Etat chargés de différentes missions :
- assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions,
- maîtriser les flux migratoires et lutter contre l’immigration illégale,
- lutter contre la criminalité organisée, la grande délinquance et la drogue,
- protéger le pays contre la menace extérieure et le terrorisme,
- maintenir l’ordre public.
 

Assurer la sécurité aux abords des écolesPlacée sous l’autorité du maire, la police municipale est une police de proximité. Elle assure une présence visible et régulière dans la ville. Elle exécute les tâches que le maire lui confie en matière de prévention et de surveillance de la sécurité publique. Elle est ainsi chargée de veiller au respect des règles de stationnement, de faciliter la circulation dans les carrefours et verbaliser certaines infractions au Code de la route. Elle peut lutter contre les nuisances sonores, encadrer des manifestations culturelles, assurer la sécurité aux abords de certaines écoles. Elle fait aussi respecter les arrêtés municipaux comme l’interdiction de consommer de l’alcool sur la voie publique, par exemple. Son fonctionnement varie suivant les municipalités. Le port d’une arme, par exemple, dépend de la décision du maire et est soumis à l’autorisation du Préfet.
Quand aux gendarmes, ils sont habituellement chargés de la sécurité dans les zones rurales, les zones périurbaines, quand la police nationale est chargée des zones urbaines.

 

gendarmes en zone périurbaineGendarmes, policiers nationaux et municipaux ont généralement passé un concours pour accéder au métier et sont fonctionnaires. Mais certains professionnels peuvent aussi être recrutés sur des CDD (contrats à durée déterminée) comme les gendarmes adjoints volontaires ou les adjoints de sécurité.
Après la réussite au concours, gendarmes et policiers nationaux sont affectés sur des postes localisés sur l’ensemble du territoire national. En 2009, la police nationale comptait ainsi 145000 fonctionnaires sur toute la France. L’effectif total de la gendarmerie, lui, avoisine les 105000 personnes.
Les policiers municipaux qui dépendent de la fonction publique territoriale sont inscrits sur une liste d’aptitude et doivent eux-mêmes trouver un emploi. En 2008-2009, la police municipale en Bretagne comptait environ 450 personnes. Trois grades concentraient les effectifs les plus nombreux : les brigadiers chefs principaux (84), les brigadiers (117) et les gardiens (145).

 

Professionnels des secours aux personnesEnfin, professionnels des secours, les sapeurs-pompiers administrent les premiers soins aux accidentés de la route, aux victimes de noyade, de brûlures... Ils éteignent les incendies de forêt ou d'immeuble, évacuent les personnes en cas d'inondation, d'explosion, de tremblement de terre...
Chez les sapeurs-pompiers également, les statuts sont divers. Les sapeurs-pompiers de Paris et les marins-pompiers de Marseille sont des militaires rattachés au ministère de la Défense. Dans les autres agglomérations, les pompiers sont des civils. Il s'agit soit de professionnels, recrutés sur concours, placés sous la responsabilité des collectivités territoriales, soit de volontaires effectuant des interventions, en plus d'une autre activité ou pendant leurs études.
Au 1er janvier 2011, on comptait 250 000 sapeurs-pompiers en France dont 40 300 professionnels (16%), 197 300 sapeurs-pompiers volontaires (79 %), 12 100 militaires (5%).


Armée : terre, air, mer et civil

 

Enfin, la défense est l’un des principaux ministères recruteurs en France avec l’embauche de plus de 20 000 jeunes militaires et civils chaque année. Armée de terre, armée de l’air, marine nationale… Les emplois sont variés mais avec des exigences communes fortes. Exerçant un métier à risques, les militaires doivent se tenir prêts à partir en mission loin de chez eux, souvent rapidement et pour des durées indéterminées.
Militaire en missionA côté des militaires, le ministère de la Défense emploie également du personnel civil (23 % environ). En 2009, ils étaient ainsi presque 72 500 au niveau national, pour 241 000 militaires. L’armée emploie du personnel dans les domaines de l’informatique, des télécommunications, de l’électrotechnique mais aussi de la finance, du droit, des ressources humaines, de la santé ou du social.
L’accès aux métiers de la défense se fait sur concours à différents niveaux (A, B, C), mais pas seulement. L’armée recrute aussi des personnels en CDD (contrat à durée déterminée), la majorité des militaires étant d’ailleurs sous contrat (64 % d’entre eux). Une fois en poste, les personnels ont généralement la possibilité d’évoluer par le biais de la formation et de la promotion interne.
La Bretagne est une région bien dotée en effectifs militaires. En 2009, ils étaient ainsi 23 236 personnels, plaçant la région à la troisième place des régions françaises. Les recrutements sont cependant à la baisse depuis quelques années.

 

Sources : Fédération des entreprises de propreté et services associés, www.proprete-services-associes.com ; Emploi et formation, données et tendances du secteur Sécurité gardiennage, nov 2010, GREF Bretagne – CCI de Bretagne ; www.cereq.fr ; www.gendarmerie.interieur.gouv.fr ; www.interieur.gouv.fr ; www.cnfpt.fr ; www.defense.gouv.fr.


 

Les métiers

Agent-e de propreté urbaine
Synonyme : éboueur. Employé par une commune ou une société spécialisée, il peut intervenir dans trois domaines : la réception et l'orientation des déchets ; la collecte des ordures ménagères, l'enlèvement des objets encombrants... >> Lire la suite
Contrôleur/euse du travail
Sa mission : s'assurer du respect de la législation du travail dans les entreprises ou sur les chantiers. Il vérifie que la durée du travail n'est pas dépassée, que les règles d'hygiène et de sécurité sont conformes... À lui d'informer les salariés sur... >> Lire la suite
Douanier/ère
Synonymes : agent de constatation des douanes ; contrôleur ou inspecteur des douanes. On aurait pu croire que la fermeture des postes frontières en Europe allait signer leur arrêt de mort. Il n'en est rien. Les douaniers sont partout et... >> Lire la suite

Métiers du secteur

Armée, gendarmerie, police nationale, police municipale recrutent des fonctionnaires sur concours. Selon les emplois visés, les concours requièrent différents niveaux de diplôme : sans diplôme, niveau CAP, niveau bac, niveau bac +2, bac +3 ou bac +5… Le recrutement peut parfois s’effectuer sans concours (pour des personnels de catégorie C, dans l’armée, par exemple). La fonction publique recrute également des personnels en CDD (contrat à durée déterminée). Les adjoints de sécurité de la police nationale sont recrutés sans condition de diplôme, par exemple, sur des contrats de 3 ans, renouvelables une fois. Différents sites officiels détaillent les conditions de recrutement dans ces différents corps : www.interieur.gouv.fr, www.lagendaremerierecrute.fr, www.defense.gouv.fr, www.fncdg.com (pour la police municipale). Les métiers de la propreté et de la sécurité privée recrutent eux aussi à différents niveaux de formation. Il existe des diplômes allant du CAP à la licence pro, voire à bac+5 dans certaines régions. Actuellement, beaucoup de professionnels sont peu ou pas diplômés. Mais les deux branches souhaitent se professionnaliser et développer la formation de leurs salariés.

Après la 3ème CAP Agent de propreté et d'hygiène   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage

CAP Agent de sécurité   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

CAP Agent vérificateur d'appareils extincteurs
Durée : 2 ans
apprentissage

CAP Assistant technique en milieux familial et collectif   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

CAP Gardien d'immeubles
Durée : 2 ans
apprentissage

CAP Métier du pressing   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

CAP Propreté de l'environnement urbain-collecte et recyclage
Durée : 2 ans
apprentissage

POSTCONC Elève gendarme adjoint volontaire
Durée : 13 semaines
temps plein

BACPRO Hygiène, propreté, stérilisation
Durée : 3 ans
apprentissage, temps plein

BACPRO Métiers de la sécurité
Durée : 3 ans
temps plein

BACPRO Métiers du pressing et de la blanchisserie
Durée : 3 ans
temps plein

DIVSPEC Brevet élémentaire de mousse
Durée : 14 mois
temps plein

Haut de page Après le CAP MC Sécurité civile et d'entreprise
Durée : 1 an
temps plein

BP Agent technique de prévention et de sécurité   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage

Haut de page Après le Bac POSTCONC Formation de gardien de la paix
Durée : 1 an
temps plein

POSTCONC Formation de sous officier de la gendarmerie nationale
Durée : 1 an
temps plein

POSTCONC Formation des officiers mariniers
Durée : 17 semaines
temps plein

BTS Métiers des services à l'environnement
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

DUT Génie chimique, génie des procédés option bio-procédés  Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

DUT Hygiène sécurité environnement
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

Haut de page Après un Bac +2 LICENCEPRO Sciences, technologies, santé mention qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement
Durée : 1 an
apprentissage, contrat de professionnalisation

DIVSPEC Responsable développement hygiène propreté et services
Durée : 1 an
apprentissage

ING diplôme de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (conférant le diplôme d'ingénieur de l'ESM pour la filière sciences de l'ingénieur)
Durée : 3 ans
temps plein

ING diplôme d'ingénieur de l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Bretagne-Sud de l'université de Bretagne-Sud spécialité sécurité des systèmes d'information en partenariat avec l'ITII Bretagne
Durée : 3 ans
apprentissage

ING diplôme d'ingénieur de l'École navale
Durée : 3 ans
temps plein

Haut de page Après un Bac +3 DIVSPEC Responsable management durable QSE
Durée : 1 an
apprentissage

MASTER R Sciences et technologies mention fluides et systèmes énergétiques spécialité environnement naval
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Sciences et technologies mention génie de l'environnement spécialité milieu maritime et sécurité de la navigation
Durée : 2 ans
temps plein

Haut de page Après un Bac +5 MASTERESPE Pyrotechnie et propulsion (ENSTA Bretagne)
Durée : 1 an
temps plein



    Le Répertoire interministériel des métiers de l’Etat

    Le Rime est un outil d’information et de communication. Le répertoire décrit 261 métiers dits « emplois-référence » répartis au sein de 26 domaines. Certains sont bien connus du grand public, préfet, enseignant, infirmière, sapeur-sauveteur. D’autres le sont moins, conseiller-export pour les entreprises, technicien d’art, cadre paramédical, gestionnaire des aides au développement.

    Les métiers de la propreté

    Ce site est réalisé par la Fédération des Entreprises Propreté et Services Associés (FEP). Des informations très complètes sur les métiers (plus de 10 métiers décrits), une présentation des diplômes et formations diplômantes ainsi que des témoignages sur des parcours professionnels. Un espace dédié "enseignants et orientation".

    Onisep.fr

    Une présentation générale de 31 secteurs d'activité, les métiers rattachés avec leur fiche de présentation et quelques idées de formations.

    Pompiers

    Comment devenir sapeur pompier volontaire, professionnel, service médical ou jeune sapeur pompier. Avec, le calendrier des concours de sapeurs pompiers professionnels (SPP)...
Plus de vidéos

Voir les secteurs d'activité :

Voir les articles :

Formations, emploi et métiers

de la propreté en Bretagne

 

Perspectives : les métiers de la propreté en BretagneLes fiches "Perspectives" présentent le secteur en Bretagne. Points de repères, formations, descriptifs du secteur.

A télécharger : les métiers de la propreté en Bretagne

 

Formations, emploi et métiers

de la sécurité des biens et des

personnes en Bretagne

 

Perspectives : les métiers de la propreté en BretagneLes fiches "Perspectives" présentent le secteur en Bretagne. Points de repères, formations, descriptifs du secteur.

A télécharger : les métiers de la sécurité des biens et des personnes en Bretagne