Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Emilie, ergonome. Interprète en langue des sciences

Emilie est ergonome et participe à des projets dans le domaine de la réalité virtuelle. A l’interface entre les scientifiques et les utilisateurs, elle traduit les demandes des seconds aux premiers, et les réponses des premiers aux seconds...


"D
ans les projets de réalité virtuelle, l’ergonome fait le lien entre l’utilisateur final et les développeurs. » Emilie Loup-Escande est aujourd’hui maître de conférence en ergonomie et chercheuse au Centre de recherche en psychologie à l’Université de Picardie.

De 2012 à 2015, elle a participé à différents projets bretons dans le domaine de la réalité virtuelle, VirtualiTeach avec le laboratoire de psychologie expérimentale de l’Université Rennes 2 et Corvette avec l’équipe Hybrid de l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique).

 

Ergonome.
L'ergonome conçoit et améliore des lieux de vie,
des objets ou des postes de travail afin de les adapter
au maximum aux besoins des utilisateurs, en termes de confort, de sécurité et d’efficacité.
Il ou elle intervient aussi dans la conception de logiciels, d’applications
ou de sites internet pour rendre leur utilisation la plus pratique et agréable possible.

Plus d'infos sur le métier d'ergonome sur onisep.fr

 

Intégrer l'utilisateur dès le début...

"La réalité virtuelle est une somme de technologies dans lesquelles l’utilisateur a du mal à se projeter. Mon rôle, explique-t-elle, est de faire en sorte que l’utilisateur soit intégré au projet dès le début de sa conception pour que le produit final soit vraiment utile et le plus facile à utiliser. »

Le projet VirtualiTeach a pour objectif de concevoir de nouveaux outils pédagogiques basés sur la réalité virtuelle pour faciliter l’apprentissage de concepts scientifiques en bac technologique STI2D (Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable), et aussi dans certains bacs professionnels et BTS. « Nous avons commencé par rencontrer élèves et professeurs en entretiens individuels et collectifs, nous avons observé le déroulement de certains cours, afin de déterminer ce que la réalité virtuelle pouvait amener et à quel moment de la formation. » Psychologues et ergonomes ont une bonne connaissance de la conduite de protocoles expérimentaux et des analyses statistiques, c’est un plus dans une équipe de recherche. « Actuellement, il s’agit de comparer les outils avec réalité virtuelle (lunettes stéréoscopiques) et sans, en étudiant leur impact respectif sur la mémorisation et la motivation des élèves. »

 

 

... Et faciliter la tâche aux développeurs

"Le facteur humain est important dans les projets. Il faut toujours faire en sorte que l’outil soit accepté par l’utilisateur potentiel. » Les équipes conduisent d’ailleurs des tests utilisateurs aux différentes étapes de l’avancement d’un projet. «J’ai toujours travaillé avec des informaticiens, sans rencontrer de problèmes particuliers. Il faut s’informer, lire beaucoup, faire des recherches sur internet, pour maîtriser son sujet et être crédible. Et aussi apprendre à poser des questions, même aberrantes... En général, ça se passe bien, on trouve notre place au sein des équipes de recherche. »

Positionnée entre les utilisateurs et les scientifiques responsables du projet, l’ergonome facilite en fait la tâche aux développeurs. Ceux-ci ne sont plus obligés de répondre directement aux interrogations «naïves» des utilisateurs. L’ergonome fait hiérarchiser et expliciter les demandes, puis traduit et argumente les réponses. Elle sert d’intermédiaire et de courroie de transmission.

 

"Mon parcours…

. Après un bac scientifique, je suis entrée à l’université en licence de psychologie, avant de bifurquer en fin de première année vers un IUP en ergonomie (les Instituts universitaires professionnalisés délivraient un diplôme d’ingénieur-maître à bac+4 - NDLR). La psychologie n’était pas assez concrète pour moi, pas assez ″appliquée″ ; j’avais des affinités avec la technologie et un intérêt certain pour les interactions homme-machine...
. J’ai enchaîné sur un master d’ergonomie cognitive et d’ingénierie linguistique puis, dans la foulée, sur un doctorat en ergonomie cognitive. Ma thèse portait sur l’utilité des dispositifs de réalité virtuelle et la prise en compte des besoins utilisateurs dans la conception de produits de puériculture. J’ai beaucoup travaillé avec des informaticiens."

 

 

 

 

La Réalité Virtuelle sur vos écrans...

La réalité virtuelle constitue le dernier sujet de la série d'animations LeBonPlan réalisée par l'Onisep Bretagne.

A travers différents projets, de Rennes à Brest, vous pourrez pénétrer dans l'intimité des laboratoires et découvrir le travail des chercheurs et chercheuses. Photos et vidéos vous feront plonger au coeur de la plus grande salle immersive de réalité virtuelle au monde... Vous approcherez aussi les équipes et les réalisations de deux entreprises bretonnes qui s'emploient avec succès à concrétiser les résultats de la recherche.

Emilie, ergonome sur http://lebonplan.nadoz.org

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 07/04/2016