Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Responsables de secteur. Pour un service
aux petits oignons

Au CCAS de Rennes, Stéphanie Lepain et Stéphanie Massé encadrent les équipes qui se déplacent au domicile des personnes âgées. Du planning des interventions au remplacement des absences, l’organisation doit être parfaite pour accompagner 7 jours sur 7 les nombreux particuliers. Avec une exigence : s’adapter aux besoins de chaque personne.

Au CCAS (Centre communal d'action sociale) de Rennes, différents services permettent aux personnes âgées de continuer à vivre chez elles. 7 jours sur 7, aides-soignants, infirmiers ou aides à domicile se rendent ainsi chez les personnes pour leur apporter des soins ou les aider dans les gestes de la vie quotidienne. Dans les coulisses, il faut organiser leurs tournées, encadrer les équipes, gérer la formation continue des agents… C’est le travail de Stéphanie Lepain et Stéphanie Massé, toutes deux responsables de secteur, la première au service d’aide et d’accompagnement à domicile, la deuxième au service de soins infirmiers à domicile.


Evaluer les besoins, établir les plannings, manager les équipes

Si les deux jeunes femmes exercent le même métier, leurs activités ne sont pas toutes identiques. Lorsqu’une personne fait appel au service de soins infirmiers, Stéphanie Massé effectue la première visite à domicile pour évaluer ses besoins.  « Lors de cette visite, je regarde les capacités de la personne en termes d’autonomie et ses manques. Ca me permet d’établir un plan d’aide avec elle. Le but est de ne compenser que ses manques. »
Le plan d’aide prévoit les différentes interventions du service. En complément des aides-soignants ou des infirmiers, faut-il que l’ergothérapeute  intervienne ? Et la psychologue ? Y a-t-il besoin de matériel (matériel de levage, siège de douche…) ?

Au CCAS, deux équipes pour
accompagner les personnes âgées

 

Le service de soins infirmiers à domicile
se compose de :
- 6 infirmiers
- 46 aides-soignants
- 1 ergothérapeute
- 3 agents administratifs
- 2 responsables de secteur (dont Stéphanie Massé)

Le service prestataire d’aide et d’accompagnement à domicile compte, lui :
- 160 à 165 aides à domicile
- environ 15 agents administratifs
- 3 coordonnateurs des interventions
- 3 responsables de secteur (dont Stéphanie Lepain).
 

Le plan définit aussi le nombre de passages des professionnels du CCAS, par jour et par semaine et les horaires des visites. « On établit aussi un planning des journées de travail de chaque agent et un planning de toutes les tournées, appelé « plan type ». Le service gère une trentaine de tournées par jour ».

Pour Stéphanie Lepain, pas de visites à domicile. « Ce sont trois coordonnateurs des interventions qui réalisent ces visites car on est sur de grandes échelles, explique-t-elle. Le service d’aide et d’accompagnement à domicile compte entre 400 et 500 bénéficiaires par secteur. Mon travail quotidien consiste à manager les équipes. Je réalise les entretiens annuels des agents, j’accompagne leur évolution professionnelle, je gère les recrutements… Nous avons des recrutements permanents pour remplacer les personnels lorsqu’ils sont absents. La dépendance des personnes âgées ne s’arrête pas pendant les vacances. »
 


Travailler avec des partenaires extérieurs

L'organisation bien rodée de chaque service tient compte aussi de partenaires extérieurs. Différents professionnels interviennent à domicile et il faut travailler avec eux de manière complémentaire. « On travaille en lien avec des kinés, des orthophonistes ou même des infirmiers libéraux car les infirmiers du CCAS ne sont pas assez nombreux pour effectuer tous les soins, indique Stéphanie Massé. Je suis aussi en relation avec les médecins. Quand il y a une réelle difficulté pour maintenir une personne âgée à son domicile, je discute avec son médecin traitant. On regarde les solutions que l’on peut mettre en place. Ca peut être une hospitalisation temporaire par exemple pour lui permettre de se rétablir et de retourner chez elle ensuite. »
Les services de soins infirmiers et d’aide et d’accompagnement à domicile travaillent également étroitement ensemble. « Pour les toilettes de certaines personnes âgées par exemple, on a besoin de deux professionnels : un aide-soignant et un aide à domicile. On coordonne le passage des deux professionnels sur le même temps ».
 


Interventions sur-mesure

M algré le nombre important de bénéficiaires, les deux services ajustent leurs interventions à la situation de chaque personne. « Le travail à domicile est différent du travail à l’hôpital ou en maison de retraite. On entre dans l’intimité des personnes, on respecte leurs habitudes et leur rythme de vie. Parmi les personnes accompagnées, on a une dame qui se couche à 2 heures de matin et se lève tard. On en a tenu compte dans le plan d’aide mis en place. »
Les équipes du CCAS s’adaptent également aux diverses cultures. « Certaines personnes ne se lavent pas mais font des ablutions. Les aides-soignants doivent s’adapter à ce genre de toilette. De la même manière, on ne dérange pas certains à l’heure de la messe. Pour les responsables, ça implique aussi de faire des recherches sur les cultures et d’accompagner les professionnels dans le respect des personnes et le non-jugement.  Il y a beaucoup d’humanité dans nos métiers. Si on n’aime pas les gens, ça ne marche pas ».

 

 

 

Responsable de secteur. Un métier, des parcours différents...

Stéphanie Massé. Maths-physique, DE d'infirmier...
Après son bac, Stéphanie Massé commence par étudier les maths et la physique pendant deux ans à l’université. Elle suit ensuite une formation d’infirmière, obtient son diplôme, travaille en hôpital, aux urgences puis en maison de retraite. « Je ne voulais pas travailler avec les « vieux ». Maintenant, je les appelle « personnes âgées de plus de 60 ans », s’amuse-t-elle. Le hasard m’a amenée à travailler en maison de retraite. J’y ai découvert la richesse du travail en lien avec cette population. »
Stéphanie continue ensuite à se former, par le biais de cours du soir, avant de devenir responsable de secteur. « J’ai suivi des formations sur la bien-traitrance de la personne soignée, sur la conduite de projets, la conduite de budget, l’animation d’une équipe. »
 


Stéphanie Lepain. Droit, administration...
Après son bac, Stéphanie Lepain suit des études en fac de droit et obtient un Master 2 en administration des collectivités territoriales. « Je m’étais dit : jamais fonctionnaire et jamais dans le social », se souvient-elle. Son premier poste la conduit pourtant dans un CCAS comme chargée de mission. « J’ai passé un concours de rédactrice puis d’attachée pour intégrer la fonction publique ». Elle change ensuite de région pour raisons personnelles et arrive au service d’aide et d’accompagnement à domicile de Rennes.
« J’ai appris mon métier un peu sur le tas, j’ai suivi aussi des formations une fois en poste. Au départ, j’ai effectué les premières visites à domicile. La première des choses, c’est de connaître le public qu’on va aider, de s’y intéresser ».






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 21/06/2015