Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Guide animatrice soigneuse : sur la scène et en coulisses

Au haras de Lamballe, Aude propose des animations autour du cheval, fait découvrir les lieux aux visiteurs, soigne et éduque les chevaux. Polyvalente, la jeune femme a su valoriser des compétences acquises tout au long de son parcours.

 
Aude, guide animatrice soigneuse au haras de Lamballe
 

Aude remonte les allées du haras. La démarche est rapide, l’emploi du temps serré. Des demandes de visites sont tombées la veille. Elle doit notamment accueillir un comité d’entreprise qui vient assister à une démonstration d’attelage. Avant l’arrivée du groupe, Aude souhaite nettoyer les gradins du manège. Elle veut aussi rencontrer le directeur artistique pour connaître le contenu de sa démonstration et adapter en conséquence sa présentation. « Il y a parfois quelques coups de stress. Il faut savoir répondre aux demandes qui arrivent et modifier son planning », note-t-elle.

La jeune femme est guide animatrice soigneuse au haras de Lamballe. La structure propose des activités variées autour du cheval : visites guidées, spectacles équestres, démonstrations, expositions, animations pédagogiques pour les enfants… Aude reçoit le grand public et leur fait découvrir le site et ses résidents.

Au contact du public

Adultes, enfants et adolescents, entreprises, touristes étrangers... Les contacts sont nombreux et variés pour cette ancienne élève réservée. « Au collège et au lycée, j’avais toujours l’appréciation "ne participe pas en classe" », s’amuse-t-elle. Aujourd’hui, Aude guide quotidiennement des groupes pendant 1 h 30 de visite, ajustant sa présentation à ses interlocuteurs. «Certaines personnes ne s’y connaissent pas en chevaux, d’autres ont besoin d’approfondir leurs connaissances… J’essaie dès le début de savoir à qui j’ai affaire pour adapter ma visite. Certaines sont axées davantage sur l’historique du haras, d’autres sur le cheval breton…».

Les diverses activités proposées par le haras l’amènent à expérimenter d’autres formes d’expression. Eric Gauthier, directeur artistique en résidence au haras, assure la programmation et la création de spectacles équestres. Aude participe aux représentations, montant les chevaux ou jouant le rôle de Monsieur Loyal pour annoncer les numéros. « Là, il y a tout un côté création artistique. Au lycée, j’avais participé à un atelier théâtre. On apprenait à placer notre voix, placer notre corps… Ca m’a servi. »

A côté des activités en lien direct avec le public, la guide effectue tout un travail en coulisses. Tous les jours, elle soigne et sort les chevaux et les ânes du haras. Elle les éduque et les prépare pour les spectacles. C’est également elle qui effectue l’entretien des écuries.

Flash doit être installé pour pouvoir visualiser les photos.Obtenir Flash Macromedia.

Le bon CV

Aujourd’hui toujours au grand air, Aude se dirigeait pourtant au départ vers l’enseignement. Après le bac, la jeune femme suit des études de Langues, littératures et civilisations étrangères à l’Université de Bretagne Occidentale à Brest. Et sur son temps libre, s’occupe des chevaux de ses grands-parents. Ses études la conduisent en Angleterre pendant deux années comme assistante dans un établissement scolaire. « J’aurais pu rester là-bas et continuer dans l’enseignement, mais je ne voulais pas laisser mes chevaux en France. La ferme de mes grands-parents, c’est un héritage familial que je ne pouvais brader facilement. »

Elle rentre donc en France et recherche un emploi en lien avec les chevaux qui associe des activités pédagogiques. « J’ai passé quelques mois au chômage, j’ai envoyé des CV un peu partout. J’ai fini par tomber sur une offre pour un emploi d’été au haras. Dans le cadre d’Equi-mômes, ils recherchaient quelqu’un avec un diplôme de niveau licence et une expérience auprès des enfants. J’avais le profil grâce à mes deux ans en tant qu’assistante. Avec mon activité chez mes grands-parents, j’avais également l’expérience des chevaux et surtout des juments suitées (juments accompagnées de leurs petits). C’était un avantage important pour animer des activités mettant en présence des enfants et des juments. »

Le job d’été s’est finalement transformé en CDD puis en CDI. Aude a pu ainsi diversifier ses activités. Elle a également valorisé d’autres compétences comme sa maîtrise de l’anglais pour accueillir les touristes étrangers. « Mon expérience a été essentielle pour décrocher le poste, se souvient-elle. Mais ma motivation aussi. C’est exactement le genre de travail que je recherchais. »

 

Publié le 06/03/2014