Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Les formations dans le secteur agricole

L’enseignement agricole offre une grande variété de formations du CAPA au diplôme d’ingénieur

L'enseignement agricole forme en premier lieu des agriculteurs/trices, mais il offre une ouverture professionnelle bien plus large et propose des formations dans des domaines variés : en production bien sûr avec des spécialisations en élevage, production végétale et légumière, horticulture, ou aquaculture, mais aussi en aménagement de l’espace et protection de l’environnement, en agroéquipements, en biotechnologies et industries de transformation ou encore en commercialisation et services en milieu rural.
Les niveaux de formation vont du CAPA au diplôme d’ingénieur ou de vétérinaire.
Pour s’installer, il faut au minimum un diplôme de niveau 4 comme le Bac pro CGEA (Conduite et gestion de l’entreprise agricole) qui se prépare en 3 ans après une classe de troisième. Mais, de plus en plus de jeunes exploitant-e-s démarrent avec un BTSA (deux ans d’études après le bac) ou plus. Les métiers d’aide ou de conseil demandent le plus souvent un niveau BTSA minimum.

 

 Les formations jusqu'au Bac

Les formations post Bac

 

Les CAPA

Premier niveau de diplôme agricole, ils visent l’entrée dans la vie active comme salarié ou ouvrier agricole. Ils se préparent en deux ans après une classe de troisième
Par exemple :

le CAPA Production agricole, utilisation des matériels spécialité productions animales

On y apprend à traire une vache, nourrir les animaux, conduire un tracteur. Les élèves étudient les sols et les plantes, la zootechnie et le réglage et l’entretien des matériels. Ils sont capables d’assurer le travail quotidien d’une exploitation mais toujours sous la responsabilité d’un agriculteur.


Voir la vidéo

 

  

Les Bacs professionnels.

Ils se préparent en trois ans après une classe de troisième. C’est le niveau minimum exigé, aujourd’hui, pour pouvoir s’installer
Par exemple :

BACPRO Conduite et gestion de l'exploitation agricole option systèmes à dominante élevage

On y apprend le suivi d’un troupeau, la mise en place et l'entretien d’une culture, l'utilisation du matériel. On y cultive aussi les matières générales avec en particulier de la biologie, de l’économie et de la gestion. Un diplôme pour de futurs exploitants agricoles, même si au départ ils commencent par être salariés.

 Voir la vidéo

 

  

 

Le Bac techno STAV (Sciences et technologie de l'agronomie et du vivant)

Pluridisciplinaire, ce bac technologique permet l’accès à l’ensemble des spécialités de BTSA. Il donne aussi la possibilité de poursuivre en DUT, en classe préparatoire aux grandes écoles ou à l’université en particulier vers les licences professionnelles. Il permet l’accès à la capacité professionnelle agricole qui ouvre droit à des prêts à l’installation.

Voir la fiche diplôme

 

Le Bac S (scientifique)

A noter qu'il est possible de préparer aussi un  Bac S dans un lycée agricole avec un profil biologie écologie agronomie

 Voir la fiche diplôme

 

Les BTSA

Les Brevets de technicien supérieur agricoles se préparent en deux ans après un  Bac techno STAV ou un bac S ou après un Bac pro de la même spécialité pour les meilleurs élèves.

Quelques exemples :
Le BTSA Génie des équipements agricoles. Un BTSA pour ceux qui s’intéressent au machinisme et au milieu agricole. Etude d’automatisme, machinisme, dessin industriel et commerce sont au programme de cette formation. On n’y fait pas de mécanique de réparation mais on étudie plutôt le fonctionnement global des systèmes. Au final, des débouchés assurés en vente, en conseil ou chez des constructeurs.
Voir la vidéo

 

Le BTSA Analyse et conduite de systèmes d'exploitation

Objectif du BTSA : former des généralistes de l’exploitation agricole. Les élèves apprennent à analyser et à évaluer le fonctionnement d’une exploitation. Certains vont s’orienter vers le métier d’exploitant agricole après quelques années d’expérience professionnelle, d’autres vont s’orienter vers des activités liées aux exploitations dans les banques, les coopératives agricoles, les entreprises d’agrofournitures, les chambres d’agriculture etc.
Voir la vidéo


Le BTSA Productions animales

Vaches, chevaux et cochons, beaucoup de TP en première année pour découvrir les différentes techniques d’élevage, la reproduction, les soins, l’alimentation. La deuxième année est plus théorique. Au programme : de la zootechnie, de la botanique, de la génétique mais aussi de la gestion, pour ces futurs techniciens conseil en élevage.
Voir la vidéo

 

 

 

Les Licences professionnelles : bac + 3 vers l'emploi

La licence pro est un diplôme national de niveau Bac + 3. Elle se prépare en un an après un diplôme de niveau bac + 2 (BTS, DUT ou deuxième année de licence).

Dans le domaine agricole, on peut citer en Bretagne les licences pro suivantes :

- Management des entreprises agricoles

- Protection des cultures et développement durable
Pour protéger autrement les cultures, en respectant l’environnement. Les diplômés pratiquent des méthodes de lutte alternatives, moins agressives pour le  milieu. Ils peuvent aussi en concevoir de nouvelles

- Métiers du conseil en élevage

- Agriculture, protection de l'environnement : pratiques agricoles, aménagement rural, techniques alternatives, gestion écologique des ressources (PARTAGER)
Une licence pro pour former des « éco-qualiticiens des agrosystèmes ». Ces techniciens supérieurs combinent des connaissances dans deux domaines : la production agricole et la gestion des ressources naturelles.

 


 

A vendre à la librairie de l'ONISEPLes CPGE (Classes préparatoires aux grandes écoles) : préparation intensive aux concours

Après le bac, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) préparent en deux ans (avec possibilité de redoubler la deuxième année) aux concours des écoles d’ingénieurs et aux concours des écoles vétérinaires.
Les prépas BCPST  (biologie, chimie, physique et sciences de la terre) sont réservées aux bacheliers S. Elles conduisent principalement aux écoles agronomiques et aux écoles vétérinaires. Mais elles ouvrent aussi l’accès aux concours des écoles d’ingénieurs spécialisées en géologie-environnement, aux écoles de chimie et aux ENS Ulm, Lyon, Cachan.
Les
Classes préparatoires Technologie et biologie (TB) recrutent des bacheliers STL spécialité biochimie-génie biologique et des bacheliers STAV. Homologues des prépas BCPST ( qui sont réservées aux bacheliers S), elles visent elles aussi les écoles agronomiques et les écoles vétérinaires.

 

Les Ecoles nationales vétérinaires

Le diplôme d'État de docteur vétérinaire (DEV), nécessaire à l'exercice de la profession, se prépare dans l'une des quatre écoles nationales vétérinaires (Maisons-Alfort, Lyon, Nantes, Toulouse).
Ces écoles recrutent sur concours, avec un niveau bac + 2. Les candidats sont issus principalement de classes préparatoires (en grande majorité de prépa BCPST). D’autres profils ont leur chance mais dans une moindre mesure : les étudiants inscrits en licence sciences de la vie ou les titulaires de certains BTS, BTSA ou DUT.

 

Les Ecoles d'ingénieurs

Les écoles d’ingénieurs proposent des formations en agronomie, horticulture, aménagement du territoire, agroécologie… Certaines recrutent directement après le bac, sur concours, pour des formations d’ingénieur en 5 ans. D’autres proposent des formations en 3 ans et recrutent au niveau bac +2, sur concours également, des étudiants issus de classes prépas mais aussi de deuxième année de licence, de BTSA, BTS ou DUT.
En Bretagne, Agrocampus Ouest  propose ainsi un cursus d’ingénieur agronome, accessible avec un niveau bac +2, et un cursus d’ingénieur en agroalimentaire recrutant aux niveaux bac et bac +2.

> www.agrocampus-ouest.fr

 

Article publié le 5.10.10