Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Média, Communication, Industries graphiques
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc
Média, Communication, Industries graphiques

Média, Communication, Industries graphiques

Publicité - Journalisme - Audiovisuel

Flash doit être installé pour pouvoir visualiser les photos.Obtenir Flash Macromedia.

 

Journaliste, attaché de presse, chef de publicité, chargé de com’… Le secteur rassemble les métiers qui ont pour but de transmettre un message. Pour les professionnels de la communication, il s’agit de mettre en valeur un produit ou une entreprise et de viser une cible particulière : clients potentiels, salariés de l’entreprise… Les métiers de la presse cherchent à présenter une vision objective d’événements dans le but d’informer. Les métiers de l’édition et des industries graphiques, quant à eux, travaillent à la publication d’ouvrages de toutes sortes.
Les emplois liés à ce secteur se trouvent majoritairement en Ile-de-France. Ils se déclinent cependant en région. Persévérance et motivation sont recommandées pour percer dans le milieu et obtenir un poste stable. Polyvalence et capacités d’adaptation également pour faire face aux évolutions technologiques du secteur.

 

Est-ce vrai ?

 

Que les journalistes sont tout le temps sur le terrain ?

Vrai et Faux. Les journalistes se déplacent effectivement pour enquêter et rencontrer des interlocuteurs. Mais ils sont également souvent au bureau pour effectuer des interviews par téléphone ou faire des recherches sur Internet. En télévision, il n’est pas rare qu’un journaliste travaille à partir de reportages tournés par d’autres. Enfin, un journaliste web peut travailler uniquement de son bureau.


Que faire de la com, c’est « baratiner » ?

Faux. L’attaché de presse monte des dossiers très documentés pour intéresser les journalistes. Le directeur de la communication doit connaître parfaitement le secteur d’activité et les produits de son entreprise. Il doit savoir communiquer sur des projets parfois très techniques.
Les qualités relationnelles sont essentielles pour les professionnels qui doivent également posséder d’autres cordes à leur arc : maîtriser les différents support de communication (Internet, plaquettes, journal d’entreprise…), animer des réunions, gérer un budget, organiser des événements…


Qu’éditeur, c’est un métier intellectuel ?

Vrai. Mais l’édition d’un ouvrage est aussi une réalisation très concrète. Elle demande de bien connaître les étapes de la fabrication d’un livre (mise en page, impression…). Il faut aussi des qualités de gestionnaire : l’activité doit être rentable.


Que le secteur est en crise ?

Vrai. C’est vrai que le secteur connaît des difficultés. Le marketing, la communication, la publicité sont des activités qui dépendent fortement de la santé économique des entreprises. Elles subissent des restrictions budgétaires quand la conjoncture est morose.
La presse, quant à elle, est dite en crise, confrontée à une baisse de sa diffusion et de ses recettes publicitaires. Elle doit surtout s’adapter aux évolutions technologiques et aux nouvelles manières de s’informer de son lectorat, avec notamment l’essor d’Internet.

 

 

 

 

Le secteur recouvre les métiers de la presse, de la communication, de l’édition et des industries graphiques. Caractéristique du secteur : les emplois se trouvent majoritairement en Ile-de-France. En Bretagne, les petites structures sont la norme. Deux gros employeurs se dégagent cependant dans le domaine de la presse : les quotidiens régionaux Ouest-France et Le Télégramme, également maisons d’édition.
Pour les professionnels du secteur, les qualités relationnelles, rédactionnelles, une bonne culture générale sont souvent essentielles. Ainsi qu’une forte personnalité pour s’imposer dans ces métiers où l’insertion est parfois difficile. Ils doivent également savoir s’adapter aux innovations car le secteur connaît de profonds changements avec notamment le développement d’Internet, des smartphones ou encore l’apparition du livre numérique.

 

La presse. Un journalisme de proximité 

La communication : une fonction transversale 

L’édition : de petites structures aux statuts divers 

Les industries graphiques : les imprimeurs impriment mais pas seulement… 

 

 

 

La presse. Un journalisme de proximité

 

Quotidiens, magazines, sites d’information sur Internet, chaînes de télévision, radios… Les différents types de médias se retrouvent en région. La presse écrite reste bien sûr le plus gros employeur, en particulier la presse quotidienne et hebdomadaire d’information générale. En Bretagne, en 2010, sur les 1346 journalistes possédant la carte de presse, 1188 travaillaient pour le support papier, contre 128 pour la télévision et 14 pour la radio locale.
C’est un journalisme de proximité qui traite d’abord des informations locales puis départementales, régionales et enfin nationales et internationales (avec des envoyés spéciaux pour les quotidiens Le Télégramme et Ouest-France). Le métier demande une capacité d’adaptation aux sujets les plus divers, même si dans les plus grandes rédactions, une certaine spécialisation peut apparaître. La polyvalence, c’est-à-dire l’aptitude à passer d’un support à l’autre est également appréciable.
Pour les jeunes diplômés, l’entrée dans le métier passe souvent par une période de précarité. Les professionnels peuvent exercer sous des statuts très différents. Il y a les journalistes qui bénéficient d’un contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminé (CDI). Il y a également les pigistes. Ce sont également des journalistes salariés mais payés à l’acte, c’est-à-dire à l’article ou à la journée. Les pigistes travaillent généralement pour plusieurs employeurs et vivent en marge du journal. Il leur faut d’abord se faire connaître, obtenir la confiance des journaux, savoir vendre leurs articles… Leurs revenus sont en général plus faibles que le revenu moyen des journalistes. Pour beaucoup de pigistes, ce mode de travail n’est pas un choix. Il s’agit de faire ses premières armes avant de décrocher un CDD ou un CDI. En Bretagne, en 2010, 88 % des journalistes titulaires de la carte de presse étaient en CDI, 4 % en CDD et 8 % étaient pigistes.


La communication : une fonction transversale

 

On retrouve des communicants dans toutes les branches. De l’entreprise au milieu associatif, de l’industrie à la culture en passant par la politique… La fonction est transversale, et l’importance de la communication n’est plus à démontrer. Elle permet, entre autres, de promouvoir une image auprès du grand public (communication externe). Elle peut aussi améliorer le fonctionnement d’une organisation ou participer à la bonne marche d’une entreprise en créant du lien entre les différents services (communication interne).
En 2009, l’Insee recensait 1560 établissements exerçant une activité de publicité, communication, marketing (y compris les centres d’appels employant des télévendeurs) en Bretagne, soit 5400 emplois salariés. Ce sont de petites structures : 67 % des établissements du secteur n’ont pas de salarié et seuls 3% des établissements en comptent plus de 20. Cependant, si ces entreprises de plus de 20 salariés sont minoritaires, elles regroupent 62 % des salariés principalement sur les agences de publicité et les centres d’appel.
82 % des salariés sont en CDI. Le temps partiel est très présent (27 % des actifs en emploi). Par ailleurs, en 2009, 88 % des recrutements se sont faits en CDD. La nature événementielle ou ponctuelle des activités de communication ou de marketing téléphonique explique le grand nombre de contrats courts proposés.
A ces emplois en agences de publicité – communication – marketing, il faut ajouter les emplois dans les services communication des grandes entreprises, les associations, ou encore les collectivités.
Les métiers de la communication demandent une forte personnalité et une bonne motivation car les perspectives d’emploi restent modestes. Le secteur, attractif, compte plus de demandes d’emploi qu’il ne propose d’offres, et le volume de recrutement est très sensible aux aléas économiques. Il faut aussi faire preuve de polyvalence : suivant la taille de sa structure, le professionnel pourra être amené à faire de la mise en page, travailler sur un site Internet, organiser des événements, savoir gérer un budget ou animer une réunion…


L’édition : de petites structures aux statuts divers

 

L’édition en Bretagne est un petit secteur. Elle ne représente en 2011 que 380 emplois. La région compte 255 maisons d’édition aux statuts très divers : 140 associations, 89 entreprises, 26 maisons d’auto édition (entreprise créée par un auteur publiant ses propres ouvrages). Ici encore, ce sont, pour la grande majorité, de très petites structures : le nombre moyen de salariés dans une maison d’édition en Bretagne est de deux à trois personnes.
Suivant la taille de la maison d’édition, les métiers se définissent différemment. Ils seront plus spécialisés dans une grosse structure : responsables de collection, secrétaire d’édition, correcteurs, commerciaux, maquettistes… Dans les petites structures, il y a souvent un seul éditeur qui occupe plusieurs voire tous les rôles à la fois.
En région, l’édition doit trouver des créneaux innovants. Petites et grosses structures proposent des publications variées toujours créées par des passionnés qui se heurtent de plus en plus aux obligations de rentabilité. Les perspectives d’emploi dans le secteur sont réduites. Beaucoup de maisons d’éditions diversifient d’ailleurs leurs activités pour générer suffisamment de revenus. Certaines sont ainsi également studio graphique, structure de diffusion, imprimeur, distributeur, traducteur…


Les industries graphiques : les imprimeurs impriment mais pas seulement…

 

L’Insee recense 670 établissements dans le secteur de « l’imprimerie, reproduction d’enregistrements » en Bretagne en 2009, et 3100 emplois salariés. Pour la majorité, ce sont de petits établissements : 51 % d’entre eux n’ont aucun salarié et 28 % ont entre 1 et 4 salariés.
Les imprimeurs impriment bien sûr, mais pas seulement… Ils proposent de plus en plus de prestations : en amont, la création de documents, l’intégration des textes et des images dans une maquette, et en aval, la prise en charge de la diffusion des imprimés directement à leurs destinataires.
Depuis 2007, le nombre de recrutements a fortement baissé dans les entreprises d’imprimerie, descendant à un niveau inférieur à 2003, avec seulement 14% de recrutements en CDI.
Les innovations technologiques modifient ici aussi l’emploi dans la branche. La montée en puissance d’Internet a des effets sur la production d’imprimés, le support web concurrençant le support papier. Les investissements en publicité, par exemple, ont tendance à privilégier les sites Internet plutôt que l’imprimé publicitaire.
L’arrivée de l’informatisation a également dopé la capacité de production des machines, d’où un déficit de travail pour tous. Pour les entreprises, les investissements en matériel sont lourds et la concurrence sévère : il faut proposer le prix le plus bas possible avec les délais les plus courts.

 

Sources : Observatoire des métiers de la presse ; Emploi et formation, données et tendances du secteur marketing - communication, GREF Bretagne-CCI, nov 2010 ; www.bretagne.fr ; Emploi et formation, données et tendances du secteur imprimerie, reproduction d'enregistrements, GREF Bretagne-CCI, nov 2010 ... 
 

Les métiers

Attaché-e de presse
Attention aux clichés ! Non, l'attachée de presse (c'est souvent une femme) n'est pas obligée de s'affubler de talons aiguilles et d'un tailleur pour faire son métier. Même si elle doit user d'une certaine forme de séduction, son travail consiste à rédiger... >> Lire la suite
Secrétaire d'édition
Ce n'est qu'après être passé entre ses mains qu'un manuscrit devient livre. Au sein d'une maison d'édition, sous l'autorité du responsable éditorial, le secrétaire d'édition suit l'ouvrage depuis sa conception jusqu'à son envoi pour l'impression. Il effectue... >> Lire la suite
Webmestre
Synonymes : administrateur de site web ; développeur Internet. Au début, un internaute averti et un peu « bidouilleur » pouvait devenir webmestre du jour au lendemain : il lui suffisait de créer une page « perso », de connaître quelques... >> Lire la suite

Métiers du secteur

Presse, communication et édition recrutent parmi les diplômés de l’enseignement supérieur. BTS, DUT, licence pro, master… Les formations vont de bac +2 à bac +5. Capacités d’analyse et de synthèse, qualités relationnelles, ainsi qu’une bonne culture générale sont des atouts essentiels dans le secteur. Dans la branche des industries graphiques, le niveau de diplôme augmente : plus de 30 % des actifs entre 21 et 30 ans ont un niveau bac, plus de 20 % ont un bac +2.

Après la 3ème CAP Sérigraphie industrielle   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

CAP Signalétique et décors graphiques   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

BACPRO Réalisation de produits imprimés et plurimédia option A productions graphiques
Durée : 3 ans
apprentissage, temps plein

BACPRO Réalisation de produits imprimés et plurimédia option B productions imprimées
Durée : 3 ans
apprentissage, temps plein

Haut de page Après le Bac BTM Photographe
Durée : 3 ans
apprentissage

BTS Communication   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

BTS Design graphique option communication et médias imprimés
Durée : 2 ans
temps plein

BTS Design graphique option communication et médias numériques
Durée : 2 ans
temps plein

BTS Etudes de réalisation d'un projet de communication option A : études de réalisation de produits plurimédia
Durée : 2 ans
temps plein

BTS Etudes de réalisation d'un projet de communication option B : études de réalisation de produits imprimés
Durée : 2 ans
temps plein

BTS Métiers de l'audiovisuel option métiers du montage et de la postproduction
Durée : 2 ans
apprentissage

BTS Métiers de l'audiovisuel option métiers de l'image
Durée : 2 ans
apprentissage

BTS Métiers de l'audiovisuel option métiers du son
Durée : 2 ans
apprentissage

DUT Information-communication option communication des organisations  Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

DUT Information-communication option journalisme  Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
temps plein

DEUST Métiers des bibliothèques et de la documentation
Durée : 2 ans
temps plein

DEUST Technicien des médias interactifs et communicants
Durée : 2 ans
temps plein

DEUST Usages socio-éducatifs des technologies de l'information et de la communication
Durée : 2 ans
temps plein

CPGE Classe préparatoire de lettres (1re année) avec préparation à l'option cinéma et audiovisuel
Durée : 1 an
temps plein

LICENCELMD Arts, lettres, langues mention information-communication
Durée : 3 ans
temps plein

LICENCELMD Sciences humaines et sociales mention information-communication
Durée : 3 ans
temps plein

Haut de page Après un Bac +2 LICENCEPRO Arts, lettres, langues métiers de l'édition spécialité conception graphique multimédia
Durée : 1 an
temps plein

LICENCEPRO Arts, lettres, langues techniques et activités de l'image et du son spécialité convergence Internet audiovisuel numérique
Durée : 1 an
temps plein

LICENCEPRO Droit, économie, gestion techniques et activités de l'image et du son spécialité gestion de la production audiovisuelle multimédia ou événementielle
Durée : 1 an
temps plein

LICENCEPRO Sciences humaines et sociales activités et techniques de communication spécialité journalisme
Durée : 1 an
temps plein

LICENCEPRO Sciences humaines et sociales activités et techniques de communication spécialité assistance stratégique des relations clients des entreprises de communication et d'information
Durée : 1 an
temps plein

DIVSPEC Chef de projet en marketing Internet et conception de site
Durée : 9 mois
temps plein

DU Communication
Durée : 1 an
temps plein

DU Sciences de l'information et de la communication à l'étranger
Durée : 1 an
temps plein

Haut de page Après un Bac +3 MASTER PRO Arts, lettres, langues mention arts spécialité création et management multimédia
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Arts, lettres, langues mention information et communication spécialité métiers de l'information-communication organisationnelle
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Arts, lettres, langues mention lettres spécialité métiers du livre et de l'édition
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Arts, lettres, langues mention arts, lettres et civilisations spécialité métiers du livre, de l'édition, assistanat de l'édition
Durée : 1 an
temps plein

MASTER PRO Arts, lettres, langues mention langues étrangères appliquées spécialité métiers de la traduction-localisation et de la communication multilingue et multimédia
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Arts, lettres, langues mention information et communication spécialité études et projets spécifiques en information et communication
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Arts, lettres, langues mention information et communication spécialité pratiques professionnelles en contexte d'internet
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Droit, économie, gestion mention science politique spécialité journalisme : reportage et enquête
Durée : 1 an - 2 ans
temps plein

MASTER PRO Droit, économie, gestion mention économie et gestion des entreprises spécialité management des médias
Durée : 1 an - 2 ans
contrat de professionnalisation, temps plein

MASTER PRO Droit, économie, gestion mention sciences du management spécialité contrôle de gestion et systèmes d'information
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Droit, économie, gestion mention sciences du management spécialité management des systèmes d'information et communication
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER R ET P Sciences humaines et sociales mention métiers du livre et humanités numériques spécialité édition, lexicographie, documentation numérique
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Sciences, technologies, santé mention image et son spécialité image et son
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER PRO Sciences, technologies, santé mention informatique spécialité méthodes informatiques et technologies de l'information et de la communication
Durée : 2 ans
temps plein

MASTER R ET P Sciences, technologies, santé mention sciences et technologies de l'information et de la communication spécialité multimédia
Durée : 2 ans
temps plein



    Onisep.fr

    Une présentation générale de 31 secteurs d'activité, les métiers rattachés avec leur fiche de présentation et quelques idées de formations.
Plus de vidéos

Formations, emploi et métiers

de l'information et de la
communication en Bretagne

 

Perspectives : les métiers de l'information et de la communication en BretagneLes fiches "Perspectives" présentent le secteur en Bretagne. Points de repères, formations, descriptifs du secteur.

A télécharger : les métiers de l'information et de la
communication en Bretagne