Les formations et les métiers en Bretagne
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc
Bois

Bois

Exploitation forestière - Menuiserie - Charpente

Flash doit être installé pour pouvoir visualiser les photos.Obtenir Flash Macromedia.

De la sélection des arbres à couper jusqu’à la pose d’un escalier, le secteur bois regroupe des activités diverses. La filière réunit :

- les métiers liés à la sylviculture et à l’exploitation forestière,
- les métiers de la première transformation du bois : le sciage, le déroulage (débit de minces feuilles de bois),
- les métiers de la seconde transformation comme la construction, l’ameublement, la fabrication de papiers ou cartons...

Si la Bretagne n’est pas une grande région forestière, elle offre cependant des emplois dans le secteur, en particulier dans la construction bois. Cette tendance devrait se poursuivre. L’évolution de la réglementation et les objectifs à atteindre dans le domaine de la construction et du développement des énergies renouvelables devrait permettre de développer significativement l’usage du bois. 

Est-ce vrai ?

 

Que travail du bois, c’est du travail manuel ?

Vrai et faux. Elagage, abattage du bois, reboisement… pour les professionnels de l’exploitation forestière. Débit, corroyage, usinage, assemblage et pose sur le chantier pour les menuisiers… Les métiers du bois demandent souvent une habileté manuelle, ainsi qu’une bonne résistance physique.
Mais ce n’est pas tout. Connaissance du bois, calculs, sens du négoce… Le secteur rassemble des compétences diverses. Le technicien de scierie, par exemple, connaît parfaitement les propriétés et qualités des différentes essences. Dans le secteur de la construction, on doit être capable de réaliser et lire des plans. Il faut aussi savoir se servir de machines à commandes numériques. « Le matériel est très performant, indique un agenceur. Il nous permet de créer toutes sortes de formes et d’obtenir une qualité impeccable sur les ouvrages. Cela demande de gros efforts d’investissement.»
Certains professionnels du secteur ne manient d’ailleurs pas le bois. Dans les bureaux d’études, ingénieurs et techniciens imaginent, conçoivent, dimensionnent et réalisent les plans de bâtiments en structure bois.


Que travailler dans le secteur ne demande pas de qualification ?

Faux. Le secteur rassemble des professionnels en conception, production, commerce, construction… Les métiers sont variés : ingénieur en bureau d’études, agenceur, technicien forestier, opérateur de scierie, charpentier.... Les diplômes vont du CAP au diplôme d’ingénieur.


Que les métiers du bois sont pour les garçons ?

Faux. Les femmes sont minoritaires dans le secteur (en Bretagne, elles représentaient en 2005, 26 % des effectifs dans la fabrication de meubles, selon l’Insee). Pourtant les métiers du bois leur sont accessibles. « J’ai toujours adoré le bois et le travail manuel, explique Céline en BMA ébéniste. Je me suis lancée dans l’ébénisterie il y a 3 ans déjà. Avec les garçons, il n’y a pas de problème, on s’entend bien. En entreprise, c’est pareil. Les patrons aiment bien embaucher les filles aussi. »
Rozenn, quant à elle, est charpentière de marine. Elle construit et rénove des bateaux en bois. Dans l’atelier, elle trace, rabote, ponce, borde, calfate… « Si on est fragile du dos, ça peut-être assez dur, souligne Rozenn. Et pour une fille, ça peut être aussi un peu plus compliqué. On doit fournir des efforts physiques. Mais on est une petite équipe et on s’entraide quand il y a quelque chose de lourd à porter. »


Qu’il faut aimer le bois pour travailler dans le secteur ?

Vrai et faux. Ce n’est pas obligatoire mais il faut savoir que le bois n’est pas pour “les gens du bois” une matière quelconque. Matériau noble, millénaire, vivant, naturel... le bois suscite souvent des passions. Forestiers, menuisiers ou fabricants industriels de meubles, ils entretiennent avec leur matière première, composée de plus de 20 000 essences, une relation particulière.

 

 


 

La Bretagne est une des régions les moins boisées de France. Elle compte cependant plus de 20 000 emplois dans le secteur du bois. Plus des ¾ sont liés à la seconde transformation du bois : construction de maisons à ossature bois, charpente, menuiserie, agencement…

 

La forêt couvre 13 % du territoire breton, contre 28 % en moyenne nationale. Elle est très morcelée : seulement 7 % des propriétaires privés possèdent plus de 4 hectares. On trouve donc peu d’entreprises d’exploitation forestière et de première transformation du bois (sciage, fabrication de panneaux…) dans la région.
La seconde transformation du bois (construction de maisons, charpente, menuiserie, agencement…) est par contre bien représentée en Bretagne. Elle emploie environ 20 000 personnes en 2009. Actuellement, le bois utilisé en construction est en grande partie importé d’autres régions françaises ou de pays étrangers (Russie, Suède, Finlande…).
Le recours à d’autres matériaux se développe également. Aujourd’hui, les menuisiers ou les agenceurs ne travaillent plus uniquement le bois mais utilisent aussi l’aluminium, les panneaux de particules, le stratifié, le contreplaqué, la résine ou encore l’inox.


Le bois a la cote

 

Le bois a cependant encore de beaux jours devant lui. Les attentes des consommateurs, notamment en termes de développement durable, offrent de nouvelles perspectives pour la filière. L’évolution de la réglementation et les objectifs à atteindre dans le domaine de la construction et du développement des énergies renouvelables, doit également permettre de développer significativement l’usage du bois.
Bien que le bois énergie et l'industrie du meuble soient peu présents en Bretagne, la région est souvent vue comme une des régions phares de la construction en bois en France. En 2009, la maison bois représentait ainsi 11 % du marché de la construction et la demande se développe, aussi bien chez les particuliers que pour les bâtiments collectifs publics.


De multiples compétences

 

Caractéristique du secteur, les entreprises sont de petite taille, que ce soient les entreprises d’exploitation forestière, les scieries ou les entreprises de seconde transformation du bois. D’un bout à l’autre de la filière, des professionnels variés y travaillent. Le technicien forestier surveille et gère la forêt : il décide quels arbres doivent être abattus, quelles parcelles sont à replanter, avec quelles essences, quand et comment défricher les sous-bois... L’ingénieur structures bois conçoit et calcule les structures porteuses d’un bâtiment. Le charpentier réalise des plans, taille et façonne le bois puis assemble les pièces de la charpente sur le chantier…

 

Sources : www.insee.fr ; www.abibois.fr ; Rapport d'orientation régional sur la filière forêt-bois, juin 2009, Conseil régional de Bretagne ; Bretagne économique n°201, juin-juillet 2010.

 

 

 

Les métiers

Ebéniste
Acajou, bois de rose ou de violette, merisier, chêne ou noyer : il connaît toutes les essences de bois. Sans oublier les matériaux modernes : métaux, verre, matériaux de synthèse. Après avoir dessiné le modèle grandeur nature, l'ébéniste... >> Lire la suite
Menuisier/ère
Synonyme : menuisier dagencement. Travailler le bois, lui donner une seconde vie, cest son métier. Le menuisier passe lessentiel de son temps dans son atelier. Placards, parquets, escaliers, portes, fenêtres, volets : lensemble des boiseries... >> Lire la suite
Technicien-ne forestier/ère
À l'Office national des forêts (ONF), le technicien forestier est responsable d'un secteur qui représente environ 4 000 à 6 000 hectares de forêt. Pour remplir ses missions, il dirige un groupe technique de cinq à six agents forestiers et une équipe d'ouvriers... >> Lire la suite
Côté formations, il y en a pour tous les goûts, du CAP au BTS ou BTSA. D’une manière générale, deux grandes tendances se dégagent. D’un côté, les formations tournées vers les métiers traditionnels du bois qui, tout en évoluant au rythme des progrès technologiques et de l’apparition des nouveaux matériaux, gardent la notion de tour de main. De l’autre côté, on trouve les formations plus industrielles et mécaniques.

Après la 3ème CAP Charpentier bois   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 1 an - 2 ans
apprentissage, temps plein

CAP Constructeur bois   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

CAP Ebéniste   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 1 an - 2 ans
apprentissage, temps plein

CAP Menuisier fabricant de menuiserie, mobilier et agencement   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

CAP Menuisier installateur   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

BACPRO Forêt
Durée : 3 ans
alternance sous statut scolaire, apprentissage, temps plein

BACPRO Technicien constructeur bois
Durée : 2 ans - 3 ans
apprentissage, temps plein

BACPRO Technicien de fabrication bois et matériaux associés
Durée : 3 ans
temps plein

BACPRO Technicien menuisier-agenceur   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 3 ans
apprentissage, temps plein

Haut de page Après le CAP CAP Arts du bois option marqueteur
Durée : 1 an
temps plein

CAP Arts du bois option sculpteur ornemaniste
Durée : 1 an
temps plein

CAP Charpentier de marine
Durée : 1 an
temps plein

BMA Ebéniste
Durée : 2 ans
temps plein

BTM Ebéniste
Durée : 2 ans
apprentissage

BP Charpentier bois
Durée : 2 ans
apprentissage

BP Menuisier
Durée : 2 ans
apprentissage

Haut de page Après le Bac FCIL Restauration de meubles anciens
Durée : 1 an
temps plein

BTS Développement et réalisation bois
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein

BTS Systèmes constructifs bois et habitat
Durée : 2 ans
apprentissage, contrat de professionnalisation, temps plein

BTSA Gestion forestière   Une vidéo est associée à cette formation
Durée : 2 ans
apprentissage, temps plein



    Onisep.fr

    Une présentation générale de 31 secteurs d'activité, les métiers rattachés avec leur fiche de présentation et quelques idées de formations.
Plus de vidéos

Voir les secteurs d'activité :