Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

L'horlogerie, de bac-3 à bac+2. Le temps de se former

L’horlogerie est ici un exemple, mais ce n’est pas le seul, de secteur dans lequel on peut commencer avec un CAP et avancer pas à pas dans la complexité des connaissances et des savoir-faire jusqu’à un niveau bac+2, ou plus. Avec, en outre, la possibilité de varier les parcours sans perdre de temps...

Ils ne sont que trois établissements à le proposer en France, le Diplôme des métiers d’art Horlogerie a ouvert en Bretagne à la rentrée 2016 au LP Jean Jaurès à Rennes. Le DMA forme des artisans d’art de haut niveau capables de créer et de commercialiser leurs propres produits, capables aussi de réparer les montres et horloges les plus sophistiquées, modernes et anciennes, en respectant leur style.
Préparé en deux ans, le DMA est un diplôme de niveau bac+2 qui s’adresse à des jeunes ayant déjà un BMA (Brevet des métiers d’art). En horlogerie, avant d’atteindre le top de la formation avec le DMA, il faut savoir prendre son temps et gravir un à un les différents échelons de qualification.

 

Du CAP, niveau 5, au DMA, niveau 3

Celles et ceux qui ont la vocation dès le collège peuvent entrer en CAP Horlogerie après la 3e pour deux ans de formation, puis continuer leur parcours deux autres années en BMA. Si le CAP donne les outils de base du métier, le BMA forme des techniciens/nes capables d’assurer la réparation ou la restauration de toutes montres et pendules. Les plus motivés des diplômés continueront vers le DMA pour développer leur créativité ou vers une FCIL (Formation complémentaire d’initiative locale) montres à complication. En horlogerie, plus les mécanismes sont complexes, meilleur est le métier !

 

... Et du bac au CAP

Mais la passion peut se déclarer plus tard et, chance, l’horlogerie se montre ouverte aux vocations tardives. Les titulaires d’un bac motivés peuvent préparer le CAP Horlogerie en une seule année, en mettant le paquet sur l’enseignement technique et professionnel (30h hebdomaires) et les stages (2 mois), puis enchaîner sans perdre de temps sur le BMA proposé lui-aussi en un an. Ensuite, ce sont les mêmes choix qui s’offrent à elles et eux, FCIL, DMA ou trouver directement, et sans difficultés, un emploi, en France ou à l’étranger, la Suisse est le paradis des fabricants d’intruments de précision...


 

 

 

Publié le 19/12/2016