Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Cybersécurité. La formation bretonne en première ligne

Réseaux, cloud computing, objets connectés... La sécurité des systèmes et des données numériques est un enjeu vital pour les entreprises et les gouvernements. En Bretagne, on s’organise et on se forme pour faire face aux attaques...

Il existait déjà à Vannes un diplôme d’ingénieur en cyberdéfense préparé à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs de Bretagne sud (ENSIBS), dont la première promotion est sortie en 2016. Voici aujourd’hui le Pôle Sécurité Défense du CNAM qui dégaine à Ploufragan (22) une nouvelle licence professionnelle branchée cybersécurité. La Bretagne est en passe de devenir une région névralgique en la matière... Un pôle d’excellence “cyber” y a d’ailleurs été implanté en 2014 autour d’un réseau d’entreprises, de laboratoires et d’écoles, avec les objectifs de stimuler la recherche, l’innovation et la formation.

 

Des analystes en sécurité des systèmes à bac+3

Premier résultat visible, cette licence pro Métiers des réseaux informatiques et télécommunications proposée par le CNAM aux titulaires d’un diplôme de niveau bac+2 technique ou scientifique, BTS, DUT, classe prépa, etc. Il faut avoir de solides bases en informatique, être autonome, curieux, discret... et “astucieux”. Préparée en un an, elle forme des analystes en sécurité des systèmes télécoms, réseaux et informatiques. Les diplômés sont capables d’intervenir rapidement pour maintenir l’ensemble des équipements en état de fonctionner. Ils et elles peuvent auditer un système afin d’en renforcer la sécurité. Au programme : maths, géopolitique, anglais, traitement des signaux, ingénierie des systèmes télécoms, réseaux, sécurité des systèmes...

Compte-tenu des particularité de la formation, il n’y a pas de stage mais des professionnels, civils et militaires, dispensent chaque semaine cours et TP. Le partenariat est étroit avec les ministères de la Défense et de l’Intérieur qui peuvent accueillir près de 80% des diplômés. La majeure partie des postes offerts sont en région parisienne. Celles et ceux qui le souhaitent peuvent aussi trouver un emploi dans des entreprises privées. Les plus motivé-e-s peuvent continuer en cycle ingénieur du CNAM.  
 

 

... Et des ingénieur-e-s en cyberdéfense à bac+5

A Vannes, l’ENSIBS avait anticipé l’importance qu’allait prendre la cybersécurité en ouvrant dès 2013 un cursus d’ingénieurs spécialisé. La formation en apprentissage dure trois ans et s’adresse elle-aussi à des bac+2.
Les besoins en ingénieurs sont évalués à plus de 1000 par an. Les entreprises et organismes, publics et privés, ont besoin de comprendre les menaces et les modes opératoires des attaques, de construire la sécurité des infrastructures et de pouvoir gérer des crises cybernétiques, quelle que soit leur ampleur.

 

Cybersécurité en bac STI2D

 

En Bretagne, quatre lycées, à Vannes (Lesage), Lannion (Le Dantec), Dinan (La Fontaine des Eaux) et St-Malo (Maupertuis), expérimentent un “parcours d’excellence cyber” dans la filière STI2D. C’est une initiative portée par l’académie de Rennes et le pôle d’excellence cyber.
Ce parcours est intégré dans les enseignements hebdomadaires des lycéens et lycéennes. L’objectif est de les sensibiliser à la sécurité numérique, en présentant les enjeux et les aspects légaux de la cybersécurité. Mais, au-delà, les jeunes vont aussi acquérir certaines compétences reconnues dans un référentiel commun de compétences et métiers élaboré par le pôle cyber. Ce parcours devrait être développé dans toute la région, voire au-delà.
 


 






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 12/12/2016