Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Télécoms : une ouverture aux candidats handicapés

Lors des embauches, Eric Audurier, correspondant handicap chez Orange, veille à ce qu’il n’y ait pas de différence dans le traitement des candidat-e-s handicapé-e-s. Il accompagne ensuite leur bonne intégration dans l’entreprise.

 
Des emplois existent avec un diplôme de l'électronique ou des Télécoms.
 

 

 

Eric Audurier est correspondant handicap à la direction Orange Ouest. Il anime le réseau des correspondants handicap des différents établissements en Bretagne et Pays de la Loire.

Pour le recrutement, la sélection des candidats se fait avant tout sur les compétences professionnelles. « C’est notre rôle de veiller à ce que les candidatures des personnes handicapées soient traitées comme les autres ». Tous les postes sont ouverts aux personnes en situation de handicap.

Recrutement dans les métiers techniques

Le groupe recrute notamment sur les métiers techniques : avec un bac professionnel Systèmes électroniques numériques (SEN), un DUT Réseaux et Télécommunications, DUT Génie civil, un diplôme d’ingénieur-e. Il accueille également de nombreux jeunes en alternance.

Des aménagements différents suivant les cas

 

Selon les situations de handicap, si des aménagements  de postes de travail sont nécessaires ils seront alors définis par la médecine du travail. « Nous avons accueilli récemment une jeune fille , en alternance, sur un Master. Elle a bénéficié d’un fauteuil adapté. Les toilettes ont été aménagées. Le boîtier de contrôle des badges à l’entrée a été revu. » Suivant les particularités de chaque personne, il pourra s’agir d’aménagements de logiciels, de matériel bureautique spécifique, d’aménagements horaires,  de prise en charge du transport...

Changer l'image du handicap

« Il est également important de communiquer avec les équipes de travail, avec, bien sûr, l’accord et la participation de la personne en situation de handicap. Cela facilite l’intégration.» Plus généralement, le groupe organise des sessions de formation pour changer l’image du handicap. En parler permet de dédramatiser. Et de mettre l’accent sur la personne et ses compétences.

Publié le 18/05/2015