Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Aide à la personne. Créer son entreprise au sein d'un réseau

De la pharmacie à l’aide à domicile, Hervé Lepiez a créé son entreprise de services en s’appuyant sur les connaissances et savoir-faire d’un réseau en matière de marketing, droit ou gestion.

De A comme aide ménagère jusqu’à T comme téléassistance, en passant par assistance informatique, garde d’animaux de compagnie, livraison de repas ou mise en beauté, l’offre de services du réseau APEF est copieuse... En Bretagne, Hervé Lepiez dirige trois agences, à Rennes, Saint-Malo et Bruz dans la banlieue rennaise.
 

>>> Sur la création et la gestion
d'une entreprise de services à la personne, voir aussi le témoignage de Viviane Castel

 

Se lancer, mais pas sans filet...

« Je souhaitais changer d’activité et créer une entreprise dans le domaine des services à domicile, j’ai fait le choix de la franchise. Je suis pharmacien de formation et la gestion d’une telle entreprise avec un grand nombre d’employés, plus de soixante aujourd’hui, ne s’improvise pas. Difficile de se lancer seul... J’ai préféré m’appuyer sur les compétences d’un réseau tel que l’APEF qui peut m’épauler en gestion de ressources humaines, marketing, droit ou démarche qualité. »

 

... Et bien assisté

A Rennes, l’agence salarie une quarantaine de personnes, aides ménagères pour les trois quarts, avec une petite dizaine d’auxiliaires de vie sociale, un jardinier et un assistant en informatique. « 98 % d’entre elles sont en contrat à durée indéterminé. » Hervé Lepiez est assisté par une responsable d’agence, titulaire dun diplôme de niveau bac+3, qui accueille les clients, évalue les besoins et choisit l’intervenant. C’est aussi elle qui gère les ressources humaines de l’entreprise et assure la partie commerciale de l’activité. Une assistante administrative l’accompagne dans ses tâches et s’occupe avec elle de l’accueil, des plannings et aussi des remplacements des intervenants défaillants.

 

Des salariés pas faciles à trouver

« Nous sommes en recherche constante d’intervenants, se désole le chef d’entreprise. Nous avons davantage de soucis pour trouver des salariés que pour trouver des clients... » Ceux-ci sont des particuliers, la majeure partie des demandes concerne de l’aide ménagère. « Nous trouvons notre clientèle par l’intermédiaire des mutuelles, des caisses de retraite, des infirmiers, des kinésithérapeutes, et beaucoup par le bouche-à-oreille... »

 

 

 

Aide à domicile, un métier à responsabilités...

Comme son homologue Viviane Castel, directrice d’une petite entreprise de services à la personne à Brest, Hervé Lepiez affirme l’importance des savoir-faire professionnels des aides à domicile. « Ces personnes interviennent seules, la journée mais aussi le soir ou le week-end, dans des situations très différentes, familles, personnes âgées dépendantes, personnes en situation de handicap... Elles doivent être très autonomes pour s’adapter rapidement à des environnements qui changent d’une intervention à l’autre. C’est très différent d’un travail en structure, dans une maison de retraite par exemple. »

Dans l’agence APEF de Rennes, les aides à domicile travaillent une centaine d’heures par mois en moyenne. Aucune n’est à temps plein. Dans le cadre d’une convention collective, le coût de leurs déplacements est pris en charge et leur durée est comprise dans leur temps de travail. Les interventions se situent dans un rayon d’une quinzaine de km autour du domicile des employés, parfois plus quand leur durée est plus longue, 4 à 5 heures.
« Nous organisons des réunions thématiques trimestrielles pour les intervenants. L’APEF propose aussi des formations techniques, en repassage par exemple. Et nos assistantes ménagères sans diplôme peuvent obtenir le titre professionnel d’Assistant de vie aux familles par la VAE, la validation des acquis de l’expérience ; quatre le font cette année. »


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 21/06/2015