Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

EMR. Des métiers variés, de nouveaux horizons...

Si les énergies marines renouvelables ne créent pas vraiment de nouveaux métiers, elles offrent de nouvelles perspectives à des métiers existants dans de nombreux domaines...

Tout projet industriel est composé de plusieurs phases, à commencer par des études techniques et économiques, suivies de concertations si le projet impacte le milieu naturel et humain, puis la conception technique et la fabrication d’outils, de machines, d’objets... Une fois le produit réalisé, il faut l’installer et mettre en route l’exploitation. Aux commerciaux de vendre la production au meilleur prix, et aux techniciens de maintenir les équipements en état de marche optimal.
Dans le cas des EMR, ces différentes phases font appel à des professionnels avec des compétences très diverses. On trouve un grand nombre de métiers industriels classiques comme ingénieur de recherche et développement, dessinateur industriel, technicien d’étude, soudeur, usineur, chef d’équipe, technicien de maintenance, commercial… Mais avec la nécessité d’adaptions spécifiques au milieu maritime.  
Les marins sont aussi indispensables quand il est question d’EMR. Il en faut pour conduire les navires qui servent à installer les machines et à amener le personnel de maintenance sur site. Les équipements flottants comme les éoliennes et les engins houlomoteurs, ou immergés comme les hydroliennes, peuvent aussi être remorqués au port pour des visites d’entretien ou des réparations. Le cas échéant, il faut des marins spécialisés dans la manipulation de très grosses charges en mer.
D’une manière générale, les compétences nécessaires au secteur des EMR sont en très grande partie les mêmes que celles du secteur pétrolier offshore. L’Ecosse, en avance dans le domaine des EMR, a reconverti dans ce nouveau secteur une grande partie de ses personnels et de ses activités du pétrole offshore.
 

 

Conception des projets : ingénieur-e-s, technicien-ne-s d'études...

Les ingénieurs et techniciens qui travaillent sur des projets d’EMR font le même travail que leurs collègues travaillant sur les éoliennes terrestres, par exemple, mais avec un certain nombre de difficultés supplémentaires à inclure dans les études et la conception des projets.
Le milieu marin est très éprouvant pour les machines et les ingénieurs et techniciens doivent avoir une connaissance suffisante de la mer pour pouvoir  prendre ce facteur en compte dans les choix des matériaux et techniques utilisés. Il est essentiel d’éviter une usure prématurée des engins ou des pannes intempestives très coûteuses.
Les architectes navals et ingénieurs offshore sont des spécialistes en construction d’équipements maritimes. Mais pour trouver le lieu adéquat d’installation d’un parc d’éoliennes, il faut étudier le fond marin, sa topologie, la composition géologique du sol, les courants , etc. et aussi l’impact sur la faune et la flore et les activités de pêche. Les bureaux d’études feront alors appel à des spécialistes de la mer : biologistes, géologues, océanologues, hydrologues et hydrographes…


Les métiers de l'éolien.
L'Onisep Haute-Normandie a mis en ligne un dossier sur l'éolien en mer
qui comprend des fiches métiers très détaillées,
métiers déclinés au masculin et au féminin bien sûr :
Chef de projet éolien / Coordinateur de projet éolien /
Ingénieur structures
/ Responsable d'études environnementales


Une autre particularité du travail sur des projets offshore, est la nécessité d’une large consultation des populations touchées par les projets. Les promoteurs du projet de la Baie de Saint Brieuc ont fait des dizaines de réunions avec les riverains, les associations de défense de l’environnement, les élus locaux, les pêcheurs, les acteurs économiques… Ce qui entraîne des études complémentaires. La bonne conduite de cette phase est essentielle dans la réussite d’un projet.  Une erreur dans le dossier ou une contestation massive peut le retarder de longues années ou même le faire échouer. Les études juridiques sont aussi d’une première importance car la moindre faille juridique peut retarder un projet. La stratégie employée par les grandes entreprises des EMR, est d’embaucher des « gens du cru » sur les emplois de concertation et de communication, des personnes capables de dialoguer sereinement avec les populations locales.

 

Construction : chaudronnier-ère-s, soudeur-euse-s, électromécanicien-ne-s...

La construction d’une éolienne, d’une hydrolienne ou d’un engin houlomoteur fait appel aux compétences techniques de professionnels de l’industrie métallurgique : chaudronniers, soudeurs, mécaniciens monteurs, électromécaniciens, électroniciens,  usineurs, plasturgistes… Et aussi aux savoir-faire de quelques professionnels du bâtiment, des métalliers ou des coffreurs par exemple, pour couler les fondations en béton des éoliennes posées.

La spécificité des EMR est liée au volume des pièces et aux interventions en milieu marin. Le pliage, par exemple,  d’une « feuille » de métal de 10 cm d’épaisseur pour former un élément du mât d’une éolienne est un travail « hors normes » pour les chaudronniers. Ces pièces seront montées et assemblées à quai ou en pleine mer.
Le transport, l’organisation des lieux de montage, le timing, les engins nécessaires au bon moment… La logistique et la maîtrise des processus de montage et d’assemblage sont essentielles au risque de perdre des fortunes ! Il faut des logisticiens de haut niveau capables de trouver et d'organiser les moyens de transport nécessaires pour acheminer les pièces très volumineuses dans des lieux variés par voies terrestres et maritimes. Le montage nécessite aussi des engins spécifiques et la mise en place d’un timing le plus précis possible. Un travail qui sera fait avec des ingénieurs et des techniciens spécialisés dans le montage et l’assemblage industriel.


 

Installation : mécanicien-ne-s monteur-euse-s, soudeur-euse-s, grutier-ère-s...

Au port, pour charger les pièces énormes des éoliennes, il faut des grutiers formés pour conduire des grues de plus de 100 m de hauteur, portant des charges très volumineuses et très lourdes et cela avec précision. Ils sont en général guidés par le chef de pont qui coordonne les opérations aussi bien sur les quais qu’en mer.
L’installation d’une éolienne ou d’une hydrolienne nécessite du personnel de manutention et des techniciens. Les machines peuvent être en partie prémontées ou entièrement montées en mer. En tout état de cause, il faut des manutentionnaires capables de travailler en milieu marin sur les plateformes de montage des grands navires spécialisés dans l’installation des EMR.



Les métiers de l'éolien.

A consulter, parmi les fiches métiers mises en ligne par l'Onisep Haute-Normandie :
  Directeur technique éolien en mer / Manager hygiène sécurité environnement /
Responsable des relations industrielles éolien en mer
/
Technicien de maintenance éolienne


 

Maintenance : électronicien-ne-s, électromécanicien-ne-s, mécanicien-ne-s...

L'entretien est surtout préventif (vérifications et serrage des boulons, lubrification des machines tournantes, vérification des paramètres des équipements électroniques…) pour éviter au maximum des pannes très coûteuses.
Les techniciennes et techniciens qui travaillent sur l’installation et la maintenance des éoliennes ou d’autres machines maritimes de production d’énergie doivent avoir le pied marin pour supporter le transport régulier jusqu’aux sites. De plus, ils vont parfois être amenés à être hélitreuillés sur les nacelles des éoliennes. Ils ne doivent pas souffrir du vertige : les éoliennes prévues dans la Baie de Saint-Brieuc vont mesurer 180 m de haut !
A l’opposé des techniciens évoluant dans les hauteurs vertigineuses des éoliennes, on trouve les plongeurs-scaphandriers qui surveillent et entretiennent les pieds/socles sous-marins des éoliennes, les câbles électriques sous-marins ainsi que les hydroliennes posées au fond.
 



S'informer sur les métiers...
. Sur www.nadoz.org, rubrique Métiers, on peut rechercher
un métier par intérêt ou par secteur d’activité
. D’autres animations en ligne
sur le site http://lebonplan.nadoz.org

mettent en scène métiers et formations dans des secteurs
proches des EMR : Les métiers du port /
La maintenance.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 07/11/2014