Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Construire sa route dans les travaux publics : un chef d'agence chez Sacer Atlantique à Rennes

Terrassements, empierrements, mise en œuvre d’enrobé pour la création de plates-formes industrielles ou commerciales, de voiries, de lotissements, de parkings, de trottoirs, etc., l’agence SACER de Rennes gère des chantiers très variés. Joël Thomas, chef d’agence, doit se demander chaque jour, avec ses collaborateurs comment les aborder et les organiser pour en contrôler les coûts, tout en respectant les impératifs de qualité et de sécurité.

« A la différence du bâtiment où les équipes s’installent pour plusieurs mois, nous, nous bougeons tout le temps, explique Joël Thomas. Chez nous, la moyenne nationale de durée des chantiers est de sept jours. Organisation et réactivité sont les maîtres mots de nos métiers ».

L’activité de l’entreprise se partage entre plusieurs types des travaux : le terrassement, les réseaux, la voirie. L’agence SACER de Rennes peut, par exemple, réaliser un rond point ou encore créer une plate-forme pour une usine ou une grande enseigne commerciale. «Les chantiers sont très variés et pour un même chantier nous pouvons nous déplacer plusieurs fois, précise Joël Thomas. Quand on travaille sur la voirie d’un lotissement, par exemple, on exécute les terrassements, puis l’assainissement, la voirie, et on revient finir les trottoirs en fonction de l’avancement des maisons ».

En mise en œuvre de revêtements enrobés, il s’agit le plus souvent de travaux de réfection de routes existantes. Les chantiers de construction de routes neuves sont plus rares. Quand les travaux ont lieu sur des rocades ou des quatre voies, il faut souvent travailler de nuit et être très vigilant sur la sécurité.

Les principaux clients de l’entreprise sont le département et les collectivités locales mais aussi de plus en plus les entreprises privées. « Nous recevons les dossiers avec tous les plans y compris les plans d’exécution, poursuit Joël Thomas, Nous pouvons cependant faire l’ensemble de l’étude quand nous travaillons pour un privé. Par exemple si nous aménageons la plate forme d’un grand magasin, nous nous occupons de tout, de la conception à la peinture du parking en passant par le terrassement, les évacuations d’eau usées, la mise en œuvre de l’enrobé ».

 

Tout doit être parfaitement coordonné

 

Chef d’agence, Joël Thomas peut être amené à prospecter des clients, à proposer des devis. Pour chiffrer les travaux, il travaille avec son bureau d’études : métreur et projeteur qui, à l’ordinateur, réalisent les plans, déterminent les volumes de matériaux nécessaires pour les remblais, par exemple, ou encore les diamètres des canalisations, et les linéaires de bordures.

Une quinzaine d‘équipes interviennent sur les chantiers. Chacune est dirigée par un chef de chantier ou un chef d’équipe en fonction de l’importance des travaux. Les conducteurs de travaux coordonnent chacun trois d’entre elles.

Chaque vendredi, le chef d’agence organise une réunion avec les conducteurs de travaux, le chef d’atelier, le responsable administratif. C’est l’occasion de faire le point sur la comptabilité, la qualité, la sécurité, les problèmes rencontrés, les différents chantiers et surtout de préparer le planning de la semaine. Un véritable casse-tête. Tout doit être parfaitement coordonné : les engins nécessaires en fonction des différents chantiers, les moyens humains, les quantités de matériaux àcommanderIl faut prévoir au maximum y compris l’imprévisible !

 
 

Réagir rapidement

 

Tous les jours, il faut cependant réajuster le tir pour obtenir la rentabilité maximale. « Aujourd’hui, nous avons trente camions qui tournent. Tous les soirs, nous devons réorganiser la gestion des camions en fonction de l’avancement ou du retard des chantiers, de la météo, des pannes. Il faut louer les engins nécessaires. 

Le métier de chef d’exploitation est un métier où l’on dispose de beaucoup de pouvoir décisionnel et d’indépendance. On gère notre journée comme on veut, mais en même temps, on hérite des responsabilités qui vont avec et on doit être très réactif ».

C’est un métier où l’on travaille toujours avec d’autres. L’aspect relationnel est très important avec les clients, les fournisseurs… mais aussi à l’intérieur de l’entreprise. « Je me déplace beaucoup, environ 4 à 5000 km par mois, conclut M. Thomas. Des rendez-vous pour obtenir des affaires, des rendez-vous pour des réunions, des rendez-vous pour les recrutements… les journées sont à peine assez longues ! ».

 

  

 

La SACER est un groupe national, organisé en trois filiales : SACER Atlantique, SACER Paris Nord est et SACER Sud est. SACER  Atlantique peut réaliser tous les travaux d'infrastructure routière, les sols industriels et sportifs, les aménagements urbains... Elle possède un effectif de plus de mille deux cents personnes, un parc matériel de plus de trois cents engins (terrassement, transport, nivellement, compactage, etc.), vingt-cinq centrales de fabrication d'enrobés, cinq centrales de stabilisation, cinq usines de fabrication de liants, trois laboratoires de contrôle d'essais et dix ateliers de réparation. SACER Atlantique comprend une quinzaine d'agences dont une à Rennes. L'agence de Rennes emploie une centaine de personnes :

- un chef d'agence secondé par un chef d'exploitation

- une partie études avec un métreur et un projeteur et un service administratif de cinq personnes

- un atelier de maintenance des engins de la SACER avec un chef d'atelier et deux mécaniciens

- cinq conducteurs de travaux qui gèrent chacun environ trois équipes composées le plus souvent d'un chef d'équipe ou de chantier, d'un ou deux conducteurs d'engins, d'un conducteur de camion, d'un ou deux constructeurs de route et d'un maçon.

 

 

Publié le 24/10/2011