Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Mireille Beauverger, la passion de l’enseignement / Mireille Beauverger, karantez ar c’helenn

"Enseigner bien sûr, mais en breton, c’est mieux !" C’est ainsi que Mireille Beauverger, conseillère pédagogique résume son choix. L’enseignement est une vraie vocation pour elle. Et exercer son métier en classes bilingues le rend encore plus appréciable.

 
"J'avais envie d'apprendre plein de choses aux enfants."
 
 

« Kelenn evel-just, met e brezhoneg eo gwelloc’h c’hoazh ! »
Setu amañ sell Mireille Beauverger,  kuzulierez pedagogel, war he micher.
Kelenn eo he galvedigezh. Labourat evit ar skolioù divyezhek a ro un tamm mat a blijadur ouzhpenn.

 

Depuis l’école primaire, Mireille Beauverger, actuellement conseillère pédagogique, voulait être « maîtresse d’école ». C’est ce qu’elle est devenue en 1988, mais en classes bilingues. « J’avais envie de travailler avec des enfants et de leur apprendre plein de choses.» En 1986, elle entre en formation pour devenir institutrice. Intéressée par la langue et la culture bretonne, elle suit en parallèle quelques heures de cours de breton, sur la proposition d’un conseiller pédagogique.
 

La langue du cœur

« J’avais suivi une option breton au lycée, surtout pour avoir des points au bac. Je n’étais pas militante, mais le breton était et est toujours pour moi, la langue du cœur. Mes parents parlaient breton entre eux pour que les enfants ne comprennent pas. Cela piquait notre curiosité. Pendant les moissons, nous entendions aussi parler breton autour de nous, par la famille et les amis. »
Après deux ans en classe «ordinaire », elle commence à enseigner en maternelle bilingue à Lanmodez dans les Côtes d’Armor.

 

« J’ai beaucoup appris avec les collègues »

Elle exerce ensuite dans plusieurs écoles à différents niveaux du primaire. « J’ai beaucoup appris sur le terrain avec les collègues. » Dès le départ, elle reçoit et encadre des professeurs stagiaires dans sa classe. Elle devient « maîtresse formatrice ». Elle est alors à temps partiel (25%) au CFEB (Centre de formation aux enseignements en breton ou Skol ar gelennerien, en breton).

 

« J’aime les rencontres avec les enseignants »

Depuis la rentrée 2012, elle est coordinatrice des étudiants de 2ème année du CFEB et conseillère pédagogique départementale « langue et culture bretonne » à mi-temps. « J’aime les rencontres avec les jeunes enseignants/es. Je leur donne des pistes de travail pour s’améliorer. Hier, par exemple, je travaillais avec un groupe sur la compréhension en lecture, d’élèves de CP. »

Les aides de la région pour les futurs enseignants/es

Pour favoriser les vocations, la Région Bretagne verse des aides financières aux futurs/es professeurs/es bilingues.
Elle verse une aide de 5000€ appelée Skoazell, aux étudiants/es de Master qui préparent les concours bilingues des écoles ou des collèges et lycées.

Plus d’infos sur le site de la Région Bretagne.


Pour la formation intensive en breton

Une aide existe aussi pour les personnes qui suivent une formation intensive en breton dans le but de devenir enseignant/e bilingue. Il s’agit de « Desk/enseignement ». Pour les formations de 6 mois, son montant est de 2500 euros si le département accorde également une aide, et de 3000 euros sinon.
Plus d’infos sur le site de la Région Bretagne

 

 

Pour en savoir plus, consulter le secteur Enseignement, formation et la fiche-métier Onisep Professeur/e des écoles.

Voir les secteurs d'activité :

Voir les métiers :

Du breton dans les métiers - LBP

Articles associés