Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Travailler dans un port : des diplômes du secteur maritime mais pas seulement

De l’inspecteur de sécurité des navires au mécanicien bateaux, en passant par le grutier, de nombreux professionnels interviennent dans un port. Si certains postes sont occupés par des marins, d’autres le sont par des mécaniciens, des chaudronniers, des logisticiens…

 
Saint-Malo, port de plaisance  
 

Accueil des navires, déchargement des marchandises, contrôle, manutention et réparation de bateaux ou encore organisation d’événements nautiques… Dans un port, diverses activités coexistent.
Certains postes demandent une bonne expérience en navigation ou une connaissance des bateaux. A bord des remorqueurs, par exemple, un équipage de marins effectue les manœuvres, sur le pont et aux machines. Le pilote de port, quant à lui, assure la conduite parfois délicate des bateaux qui arrivent en escale.
Dans un port, le travail s’effectue aussi à terre. Dans les ateliers, les bureaux, les entrepôts..., on recherche des compétences en logistique, en mécanique, en électricité, en communication…
Des formations se font également à l’interne, en entreprise. Les grutiers/ères portiqueurs, les conducteurs/trices d’installation ont une formation technique de base en mécanique, électricité ou chaudronnerie puis reçoivent une formation complémentaire, une fois en poste.
Enfin, certains métiers sont accessibles sur concours. C’est le cas des officiers de port, des contrôleurs ou des inspecteurs des affaires maritimes. Pour connaître les conditions d’accès aux différents concours, rendez-vous sur le site du ministère de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement : www.developpement-durable.gouv.fr, rubrique « Mer et littoral » puis « Métiers et gens de mer » et « Métiers de l’administration de la mer ».
 

Des formations du secteur maritime

Grue portuaireDu CAP à Bac + 5, voici quelques exemples de formations pour naviguer, construire, réparer...

> CAP matelot
> CAP réparation entretien des embarcations de plaisance
> CAP charpentier de marine (en un an)
> Bac pro maintenance nautique
> Bac pro conduite et gestion des entreprises maritimes option pêche
> Bac pro conduite et gestion des entreprises maritimes option commerce
> Bac pro électromécanicien marine
> BTS construction navale
> FCIL mécanicien réparateur de moteurs marins
> Licence pro maintenance portuaire et navale, IUT de Brest.
> Diplôme d’études professionnelles spécialisées spécialité gestion opérationnelle de projet en environnement – Bachelor spécialisé en activités littorales et portuaires, Ecole des métiers de l’environnement, Bruz.
> Master recherche et Master pro Sciences de la mer et du littoral mention droit et économie spécialité droit des espaces et des activités maritimes, Institut universitaire européen de la mer, Brest

  

Devenir officier de la marine marchande

Aux commandes d'un navireL’ENSM (Ecole nationale supérieure maritime) dispense des formations d’officiers de la marine marchande et aussi d’ingénieurs, dans les domaines des activités maritimes, para-maritimes et portuaires. L’ENSM est implantée sur 4 sites : à Marseille, au havre, à Nantes et à Saint-Malo.
Deux filières forment les officiers de la marine marchande :
- La filière A (Marseille et Le Havre), polyvalente, prépare aux métiers du pont et de la machine. Elle forme des capitaines et des chefs mécaniciens aptes à commander sur tous les types de navires, sans limitation de taille. Le recrutement s'y fait de deux façons : sur concours avec un bac S (sans limitation d'âge); sur dossier et entretien avec un niveau bac+2 (L2, DUT, BTS ou classe prépa.).
- La filière B (St Malo et Nantes) forme des capitaines et des chefs mécaniciens dont les compétences se limitent à des navires dont la taille n'excède pas 3000 UMS (unité de jauge) ou 3000 kw (puissance de la machine).
Le recrutement dans la filière « pont » (capitaine) concerne désormais uniquement des professionnels. En revanche, la filière « machine » s'adresse aussi à des jeunes ayant au minimum le niveau d'une classe de 1ère STI (plutôt électrotechnique, électronique ou mécanique). L'admission s'effectue sur concours.

Certains établissements proposent des classes préparatoires aux concours de l’Ecole nationale supérieure maritime.

A visiter : www.supmaritime.fr
 

D'autres formations vous mèneront au port

Des formations des secteurs électricité, mécanique, travail des métaux, transport – logistique peuvent aussi conduire aux métiers du port.

 

Do you speak english ?

Un port est un lieu de passage pour des bateaux venant de tous les continents. Pour les professionnels qui travaillent en lien avec ces navires, la maîtrise de l’anglais est obligatoire. Alors, ne négligez pas les langues vivantes.
 

 

 


 

 

Publié le 20/01/2012