Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Agenceur. Créateur d'espaces

Fabriquer une cuisine pour un particulier, aménager un dressing sur-mesure ou réaliser le mobilier d’un restaurant... L’agenceur ne réalise pas simplement des meubles. Il aménage un espace dans son ensemble.

 

 

 
  Réalisation des plans d'ouvrage
 

A Vitré, l’entreprise Henry Agencement réalise des meubles sur-mesure. Dans les bureaux et l’atelier, une vingtaine de personnes conçoivent et fabriquent des cuisines, des salles de bain, des dressings, des meubles de rangement pour les particuliers. Elles effectuent également l’aménagement intérieur de magasins, d’hôtels, de restaurants, réalisent du mobilier de bureau, des comptoirs et des halls d’accueil pour les entreprises… « Nous travaillons autant pour des professionnels que pour des particuliers, précise Jean-Pierre Henry, le responsable de l’entreprise. Sur des chantiers de petite échelle, nous gérons l’ensemble du projet, depuis la conception jusqu’au suivi de chantier. Pour les plus gros projets, nous pouvons travailler en lien avec des architectes d’intérieur. » 

S'adapter à la demande du client

Lagencement consiste à créer du mobilier sur-mesure, adapté aux besoins du client. Mais pas seulement. Il suppose souvent d’aménager tout un volume. « L’agencement, c’est de la création. Nous concevons un nouvel espace intérieur pour nos clients, explique Jean-Pierre Henry. On peut être amenés à déplacer des cloisons, par exemple. On intègre des lumières… On crée une ambiance, en harmonie avec le reste de l’habitation
Première étape d’un projet : la conception de l’ouvrage. Il faut répondre à la demande du client qui vient avec une idée plus ou moins précise, discuter avec lui, cerner ses besoins. « On se déplace chez les clients, on prend des cotes, puis on réalise les plans d’ouvrages sur ordinateur. Notre dessinatrice-décoratrice réalise les esquisses et les plans pour les particuliers. Je m’occupe davantage des projets de professionnels. »
A l’atelier, le responsable de production et les ouvriers prennent ensuite le relais. A l’aide de machines à commande numérique, ils assurent le débit, le plaquage, ou encore l’usinage des matériaux. Puis l’assemblage, le laquage ou le vernissage des meubles. 

Suivre les évolutions techniques

Si le travail de menuiserie est à la base de l’agencement, le bois n’est pas forcément le matériau le plus utilisé. A l’atelier, on travaille les panneaux de particules, le stratifié, le contreplaqué, la résine, ou encore l’inox… Les formes réalisées sont variées et complexes. « On peut créer des arrondis, des banques d’accueil cintrées, par exemple. Le matériel doit être performant en agencement. Il nous permet d’obtenir une qualité impeccable sur les ouvrages. Cela demande de gros efforts d’investissement. Les techniques évoluent. Aujourd’hui, on peut proposer des laques de toutes les couleurs, réaliser une teinture qui imite le cuir, la rouille ou le ciment.  »
Dernière étape, l’installation de l’ouvrage chez le client par les poseurs. L’entreprise coordonne également l’intervention des autres corps de métiers (plombiers, électriciens…) qui interviennent sur le chantier.
Respect des délais, précision et finitions irréprochables sont indispensables dans l’agencement. Le contexte économique impose également aujourd’hui aux agenceurs des contraintes de rentabilité, « on doit faire au moins cher, rogner sur les marges. » Mais la relation avec le client reste un des points forts du métier. « Il y a ce rapport sympathique avec le client autour du projet. On leur apporte un changement dans leur quotidien. » 

 


 

Publié le 29/04/2011