Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Université. Des parcours balisés

N’écoutez pas les anciens ! La fac n’est plus une jungle hostile dont seuls les plus endurants arrivent à s’extraire... Les universités sont aux petits soins pour leurs étudiants : accueil, accompagnement, aide à l’insertion ou à la réorientation... Elles conseillent même les lycéens. Difficultés aplanies, parcours réussis...

 
"On accompagne les étudiants tout au long de leur première année à l’université ; après, ce n’est plus nécessaire, ils connaissent la maison..." Denis Poinsot est maître de conférence ; il est aussi « enseignant référent ». "On fait la transition entre le lycée et l’université, qui sont deux mondes assez différents." Université de Bretagne occidentale (UBO), Université de Bretagne sud (UBS), Rennes 1 ou Rennes 2, les universités bretonnes ont toutes leurs enseignants référents, et aussi leurs tuteurs pour le soutien, des étudiants de master en général. Toutes s’emploient à accueillir et accompagner le mieux possible leurs arrivants.

Clarifier le projet professionnel


A leur arrivée à la fac, les nouveaux inscrits ont un stage de rentrée. C’est l’occasion de s’initier à la vie universitaire. Certains le font de manière ludique à travers une course d’orientation dans le campus, qui permet de découvrir les locaux, la biliothèque universitaire, les différents services, et de rencontrer les anciens... On en profite pour présenter l’environnement numérique de travail (ENT), le programme du semestre, les parcours de spécialisation, les examens ; on s’initie à la méthodologie, recherche documentaire, prise de notes, organisation du travail...
Pendant le premier semestre, chaque étudiant a deux entretiens avec son enseignant référent ; ils sont obligatoires. Pareil au cours du second semestre. Et ces entretiens font l’objet d’un compte-rendu signé par l’étudiant. "Entre ces entretiens, je suis disponible sur rendez-vous à la demande des étudiants, souligne l’enseignant. Je peux aussi proposer une rencontre si je constate une baisse des résultats ou des absences non justifiées." Les référents suivent les résultats des contrôles continus de leurs étudiants. Il leur arrive même d’envoyer un petit courriel de félicitation après une bonne note... "Nous parlons aussi beaucoup du projet professionnel." Dans leur formation, tous les étudiants ont une unité d’enseignement (UE)  qui y est consacrée. "On essaie ensemble de clarifier et de concrétiser les objectifs de l’étudiant. J’insiste jusqu’à la prise de rendez-vous avec de « vrais gens » qui pratiquent le ou les métiers visés !" Le SUIO-IP, service incontournable, participe largement à cette activité, en organisant entre autres des conférences de professionnels.


 

Prévenir les erreurs d'aiguillage
 

Malgré cet accompagnement, l’université ne convient pas à tous les étudiants. Certains « décrochent ». Pour leur éviter de se perdre et de perdre du temps, des dispositifs leur proposent des réorientations (voir encadré). Pour prévenir les erreurs d’aiguillage, les élèves de terminale peuvent demander, sur le site d’inscription admission-postbac , à bénéficier d'un conseil d’orientation universitaire dans le cadre de "l'orientation active".
Le principe du dispositif est le suivant. Chaque lycéen candidat à une entrée en L1 peut demander en ligne un conseil. Il explique par écrit son projet et ses motivations, en indiquant les mentions de licence envisagées. Il joint aussi ses moyennes trimestrielles. L'université examine le dossier du candidat. Puis elle lui donne un avis sur ses voeux. Ce peut être un encouragement à s'inscrire dans la filière souhaitée. Ce peut être une recommandation à modifier ses voeux, en choisissant une autre mention de licence, plus adaptée à son parcours scolaire et à son projet. L'université peut aussi conseiller une autre voie de formation qui lui offre de meilleures chances de réussite. Dans tous les cas, il ne s'agit que d'un conseil. Le jeune reste libre de le suivre, ou non. 
Conseillés, accueillis, accompagnés, les étudiants n’ont plus qu’à... travailler pour construire leur parcours en toute sérénité.


Rebondir, sans s’arrêter...
Certains étudiants ont de graves difficultés dès la première année à l’université : niveau ou travail insuffisant, difficultés d’adaptation, manque de motivation, erreur d’aiguillage, choix par défaut, défaut d’information... Les raisons sont multiples. Bonne nouvelle : des dispositifs se mettent en place qui évitent d’attendre la prochaine rentrée pour se réorienter.
Ainsi, l’IUT de Vannes offre la possibilité de débuter le DUT Gestion des entreprises et des administration en « décalé » fin janvier.
A Redon, le lycée Beaumont vient de créer une classe passerelle pour préparer un BTS Assistant de manager. C’est une expérimentation nationale qui vise à favoriser passerelles et réorientations. Cette classe accueille en janvier des étudiants issus de filières universitaires ou d’autres DUT ou BTS et qui souhaitent se réorienter. Ils vont y recevoir un enseignement très accompagné, par modules, tout en se mêlant aux autres étudiants «traditionnels», mais avec des cours supplémentaires, un surplus de travail pendant les congés scolaires et un stage en entreprise en début d’été. Ils pourront intégrer le cursus normal du BTS en 2e année.
A Brest, l’UBO propose un dispositif, O2 (Objectif orientation), aux étudiants « décrocheurs » détectés par les enseignants référents ou les CIO : 7 semaines avec bilan personnel, exploration des milieux professionnels, méthodologie de recherche de stage, de formation et d’emploi, entretiens individuels et deux semaines de stage.
Sur le même principe, l’UBS propose le COC (Cycle d’orientation consolidation) à ses étudiants de 1ère année qui rencontrent des difficultés ou qui s’interrogent sur leurs choix. Ce programme leur permet de consolider leurs connaissances dans un certain nombre de disciplines et de construire un nouveau projet, en vue d’un changement d’orientation à la rentrée suivante : autre licence, DUT, BTS...
A Rennes, l’université Rennes 1 a construit deux passerelles sur le même modèle : un diplôme universitaire d’orientation (DUO) pour intégrer, après un semestre de formation, une 2e année de DUT GEA, et un diplôme d’université science et technologie (DUST) pour intégrer, après un semestre de formation, une 1ère année de BTS, de DUT ou de licence, dans une nouvelle spécialité.
Dernier dispositif en date, l'IUT de Brest (29) propose un diplôme d'université aux étudiants de l'enseignement supérieur souhaitant se réorienter en cours d'année : l
e DU Défit (Diplôme d’université d’études et de formation industrielle et technologique). La formation se déroule en alternance dans le cadre d'un contrat de professionnalisation. Recrutés sur dossier et entretien, les étudiants admis vont recevoir une formation générale, technologique et industrielle. Ils passeront une partie de leur temps en entreprise. L'objectif est de mûrir son projet professionnel et d'intégrer un IUT.

 


S’informer sur les universités bretonnes...
Université de Bretagne Occidentale (Brest et Quimper)
www.univ-brest.fr
Université de Bretagne Sud (Lorient et Vannes)
www.univ-ubs.fr
Université de Haute Bretagne – Rennes 2
www.univ-rennes2.fr
Université Rennes 1
www.univ-rennes1.fr



 


 

Publié le 25/04/2011