Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Avocat-e d'affaires. Au coeur de la vie

L’avocat-e d’affaires est au cœur de la vie économique. Par ses conseils, il ou elle accompagne les décisions des dirigeants d’entreprise.

"Etre avocat d’affaires, c’est, pour chaque client, s’embarquer dans une nouvelle aventure", explique Maître Hervé Orhan, directeur régional d'un important cabinet d'affaires. "Les enjeux sont importants car nos conseils engagent la vie des entreprises et des personnes qu’elles font travailler. Nous guidons les choix des dirigeants. Et il n’y a pas de solution toute faite. Ce que j’aime, c’est qu’aucune journée n’est semblable à la suivante."

 

De l’imagination

 

Il faut faire preuve d’imagination pour répondre aux préoccupations des sociétés ou les accompagner dans leurs projets. Les avocats d’affaires interviennent pour les questions de droit fiscal, de droit des sociétés, droit du patrimoine, droit social, droit économique, droit du travail, droit de l’environnement. Chacun est spécialiste de son domaine. Mais ils regroupent leurs compétences pour répondre aux attentes des clients. Le travail en équipe est donc primordial.

 

Un exercice intellectuel passionnant

 

L’avocat-conseil intervient par exemple pour la transmission familiale d’entreprise, pour des cessions de sociétés ou pour rédiger des contrats de travail.

Il peut aussi résoudre des questions en matière de droit de l’environnement pour un établissement industriel. « A chaque fois, c’est un exercice intellectuel passionnant, puisqu’il s’agit de combiner les bons schémas parmi une infinité de possibilités. »

 

Faire preuve de pédagogie

 

L'avocat doit montrer un intérêt pour le monde économique et la vie de l’entreprise. Mais l’important, c’est avant tout le contact humain. Il faut savoir faire preuve de pédagogie pour convaincre l’interlocuteur de son point de vue. "En interne comme en externe, les échanges sont basés sur la confiance et la réciprocité. Un discours sans ambiguïté nous permettra de convaincre notre interlocuteur du bien-fondé de notre avis."  Les secteurs d’intervention sont très variés, avec des chefs d’entreprises très différents. "A chaque fois, il faut s’adapter, précise notre interlocuteur. Ce qui est au cœur de l’entreprise, ce n’est pas l’argent, c’est l’homme."


 

C’est jeune étudiant à l’université que Hervé Orhan commence à se passionner pour le droit des affaires. Il entame des études de droit pour devenir commissaire de police ou magistrat. "J’ y ai découvert les implications du droit des affaires sur la vie économique et le monde passionnant de l’entreprise, raconte-t-il. Ce domaine du droit est encore méconnu des lycéens et même des étudiants. Or, il offre de nombreux débouchés et des carrières passionnantes, qui plus est lorsque l’on se spécialise en droit fiscal, comme je l’ai fait."

A consulter : Master Droit de l'entreprise et des affaires

 




   

 Article publié le 28.04.2011

Publié le 08/06/1905