Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Apprentissage. Le CFA de l'éducation nationale

Le CFA de l’éducation nationale est un CFA un peu spécial puisqu’il ne possède pas de locaux propres mais cordonne des formations réparties dans quinze lycées professionnels publics en Bretagne.

 

 

 
Hèlène en MC pâtisserie boulangère
 

En Bretagne, les lycées professionnels publics accueillent plus de 500 apprentis qui y préparent des diplômes qui vont du CAP au BTS, dans des domaines aussi variés que le bâtiment, les soins personnels, la pâtisserie boulangère, la sécurité, l’imprimerie, l’électricité, le bois, la pharmacie ou encore l’optique lunetterie ou le tertiaire de bureau

Assurer la réussite aux diplômes


"C’est un réseau puissant qui a une double ambition explique Isabelle Legrand, directrice du CFA de l’éducation nationale. La première ; c’est de tout faire pour assurer la réussite des jeunes qui choisissent la voie de l’apprentissage. Les diplômes sont les mêmes que ceux que passent les élèves sous statut scolaire. Nous avons une exigence de suivi entre les formateurs et le maitre d’apprentissage qui est le tuteur du jeune dans l’entreprise. Les formateurs connaissent et prennent en compte ce qui se passe dans l’entreprise afin d’adapter leur enseignement. Le tuteur procède de même afin de compléter au mieux la formation de l’apprenti."

De plus le CFA de l’éducation nationale propose régulièrement des formations aux maitres d’apprentissage. Certaines sont centrées sur le jeune et, en particulier, sur la psychologie de l’adolescent, d’autres sont plus axées sur la pédagogie, la connaissance du contenu des diplômes et des exigences de l’examen.
"Il est essentiel que le maître d’apprentissage s’engage à fond dans le projet de formation car tous les témoignages de nos jeunes apprentis montrent l’importance, pour eux, de l’exemple et du soutien de leur tuteur."
 

Varier les parcours

"La deuxième ambition  du CFA de l’éducation nationale, continue Isabelle Legrand, c’est d’offrir aux jeunes la possibilité de varier leur parcours. En effet, à l’intérieur d’un même établissement, ils peuvent évoluer dans leur choix de formation et passer du statut scolaire au statut d’apprenti avec les mêmes formateurs et les mêmes plateaux technique. Nous avons ainsi des jeunes qui préparent un bac pro en apprentissage puis un BTS sous statut scolaire ou l’inverse. Ils peuvent aussi entrer dans la vie active à l’issue de leur bac pro ou de leur CAP et revenir ensuite en formation pour adultes, toujours dans le même établissement. C’est une richesse pour tout le monde."
Pour entrer en apprentissage, il faut d’abord trouver un employeur qui signera le contrat d’apprentissage. "C’est donc un choix volontaire, conclut isabelle Legrand, pour des jeunes qui ont envie de s’affranchir du cadre scolaire et qui veulent acquérir de l’autonomie, de la responsabilité et de l’expérience. Cette forte motivation de départ explique sans doute qu’actuellement les jeunes en apprentissage au CFA de l’éducation nationale réussissent très bien aux examens."

 CFA de l'éducation nationale

 

Témoignages

Hélène prépare une MC Pâtisserie boulangère en apprentissage au lycée louis Guilloux à Rennes


"La formation dure un an. J’ai signé mon contrat avec la boulangerie d’une grande surface. Le lundi et le mardi, je suis au lycée et les jeudi, vendredi et samedi, je travaille de cinq heures du matin à midi. La relation entre le lycée et l’entreprise est très enrichissante. J’ai choisi l’apprentissage, certes, parce qu’il y a un salaire, mais surtout parce que j’avais envie d’être sur le terrain, d’acquérir de l’expérience."
Se lever tôt, c’est pour Hélène le seul inconvénient d’un métier qu’elle aime beaucoup. Plutôt séduite par la pâtisserie au départ, son apprentissage lui a fait découvrir la boulangerie. "C’ est plus physique que la pâtisserie mais c’est finalement ce que je préfère. J’aime particulièrement fabriquer du pain. Il y en a de toutes sortes. C’est tout un savoir-faire Après la MC, je souhaite préparer une autre mention complémentaire Boulangerie spécialisée. Plus tard, j’aimerais  ouvrir une boulangerie pâtisserie avec des amis du lycée."


Tristan prépare un Bac pro en apprentissage au lycée Coëtlogon à Rennes

"J’ai d’abord fait un bac pro dans le domaine de la maintenance industrielle sous statut scolaire puis comme je voulais bifurquer vers l’électrotechnique, j’ai cherché un employeur et je prépare sur une année et en apprentissage le bac pro Electrotechnique, énergie, équipements communicants. J’ai choisi l’apprentissage parce que je commençais à en avoir assez de l’école ; je souhaitais gagner un peu d’argent pour avoir plus d’autonomie et je voulais acquérir de l’expérience, mettre le pied dans la vie active. Comme je prépare mon bac pro en un an, je suis une semaine par mois au CFA et trois semaines dans mon entreprise. J’ai cinq semaines de congés par an mais le rythme ne me pèse pas parce que j’aime ce que je fais et donc je trouve cela moins contraignant que l’école. Après le bac pro, j’aimerais continuer en BTS toujours en apprentissage."
 

 

L’apprentissage est un système de formation qui permet d’obtenir un diplôme professionnel en alternant des périodes de travail en entreprise et des périodes de formation dans un centre de formation d’apprentis (CFA).
Le temps passé en CFA varie selon les diplômes préparés. En général il est d’une à deux semaines par mois.

 



Les métiers accessibles sont très variés, dans le commerce, le bâtiment, l’industrie mais aussi le secteur social, paramédical... Tous les niveaux de formation sont concernés du CAP au diplôme d’ingénieur.

 

 

 On peut démarrer un apprentissage à partir de 16 ans (15 ans révolu après une classe de troisième), à condition d’avoir trouvé une entreprise qui signe le contrat d’apprentissage et vous inscrit au CFA correspondant.

 


 

Publié le 07/02/2012

Plus de vidéos

Voir les rubriques :