Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Technico-commerciale, du champ à l'assiette

Solenn henaff est technico-commerciale en production laitière. Employée par une coopérative, elle assure le suivi de la qualité du lait avec les agriculteurs/trices. Un métier qui demande des compétences techniques mais aussi un bon relationnel.

Solenn assure le lien entre la coopérative et les agriculteurs"Je vérifie l'état des prairies et du troupeau"

 

Solenn Henaff assure le lien entre la coopérative qui transforme le lait et les agriculteurs qui le produisent. Le laboratoire de la coopérative qui procède à des analyses régulières du lait, lui envoie par internet les résultats "Quand il y a des variations importantes en quantité ou en qualité, je me déplace auprès des éleveurs de mon secteur pour identifier l’origine du problème, voir s’il est sanitaire ou alimentaire. Je vérifie l’état des prairies et du troupeau. Par exemple, quand le taux de protéines est bas, cela peut venir de nombreux paramètres que l’on ne maîtrise pas toujours, la qualité de l’herbe, la météo, etc. Il y a donc un jeu d’équilibre à trouver entre la pâture et les compléments alimentaires pour produire le meilleur lait possible au meilleur coût."

Suivre la production laitière


 "j'évalue les compléments alimentaires pour chaque vache""J’aide également les agriculteurs à calculer leur rationnement alimentaire pour produire le lait au plus près de la quantité autorisée afin de n’être ni en sous production ni en surproduction par rapport au quota dont ils disposent. C’est en général une gestion sur l’année et, sur ordinateur, j’évalue les compléments alimentaires à acheter pour chaque vache en fonction de sa production et de son potentiel."
Solenn accompagne aussi les agriculteurs qui ont un projet d’agrandissement ou de cession d’installation. Elle les aide à construire les dossiers auprès de la direction départementale de l’agriculture pour l’attribution des quotas.
"C’est un métier assez prenant, j’ai beaucoup de contacts au téléphone y compris pendant les congés ! Je me déplace beaucoup, environ 150 km par jour, mais j’aime conduire. Je suis libre de l’organisation de mon travail et je peux prendre des vacances l’été. Le lundi matin, en général je suis à mon bureau et j’organise mes déplacements pour la semaine."

Savoir conseiller

"Ce que j'aime, c'est la relation de confiance que j'ai réussi à construire""Ce que j’aime, c’est la relation de confiance que j’ai réussi à construire. Au début, comme j’étais une femme, j’ai dû prouver mes compétences, mais j’ai toujours été bien accueillie et maintenant des liens se sont créés." C’est un métier où il faut être organisé et rigoureux, et bien sûr avoir des compétences en zootechnie et en gestion technico-économique. Chaque mois Solenn a des réunions avec les autres techniciens lait de la coopérative afin d’échanger les informations et de se tenir au courant des évolutions.
"Le plus important, c’est de savoir conseiller, de donner aux éleveurs tous les éléments pour qu’ils choisissent le mieux possible sans surtout décider à leur place ! Je dois également pouvoir gérer le stress, quand, par exemple, les camions de collecte de lait sont bloqués comme cet hiver par la neige et qu’il faut trouver des solutions en urgence, ou encore quand il y a des litiges avec la coopérative. Mais, les contacts sont aussi très enrichissants et c’est valorisant de suivre un élevage et de constater les progrès réalisés."

 

Parcours
Solenn HenaffAprès son Bac ES (Economique et social), Solenn Henaff ne sait pas trop quoi faire. Elle prépare, sans succès, le concours d’entrée en école d’infirmier. Elle rencontre alors son mari qui est exploitant agricole et décide de préparer un BTSA Analyse et conduite des systèmes d’exploitation. Intéressée, elle continue par un an de spécialisation en production laitière pendant lequel elle fait un stage dans une coopérative  qui lui propose ensuite un remplacement puis l’embauche. Elle y travaille depuis neuf ans.

 

Article mis en ligne le 6.10.2010