Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page Ă  mon espace perso
Add This
Doc

Entraîneur. Passion planifiée...

Benoît Gloux est l'entraîneur attitré de Julie Bresset. Il programme les entraînements, planifie les objectifs, prépare les contrats ; il guide, rassure aussi. Il partage les mauvais moments, les bons résultats, les instants d'émotion...

 

"J'ai rencontré Julie sur des courses de VTT..."

C'est moi qui lui ai proposé de l'aider à progresser." Benoît Gloux entraîne six coureurs en VTT cette année. "C'est quasiment une activité bénévole ; je facture une somme dérisoire. C'est surtout pour moi une grande bouffée d'air et le moyen de vivre ma passion pour le vélo." 2010 est sa 5e année de collaboration avec Julie. "Mon rôle consiste à lui donner des objectifs, pour programmer ensuite une progression. Par exemple, en ce début d'année, terminer dans le top 10, toutes catégories confondues, dans les trois premières coupes du Monde. Julie n'a pas beaucoup de concurrentes à sa taille. J'essaie de lui faire prendre conscience de son niveau."


"Le rôle de l'entraîneur est d'amener l'athlète en état de forme optimal le jour J..."

Alors, on planifie les entraînements, les récupérations... Pas facile à faire tout seul pour un sportif. Je dois aussi la rassurer. Je rencontre Julie tous les quinze jours environ ; et nous communiquons beaucoup par mail et téléphone. Je lui envoie un programme hebdomadaire." Pour Julie, une grosse semaine peut comporter 23h d'activités variées, de 2h de marche pour commencer, le lundi matin, jusqu'à une sortie en VTT de 5h le vendredi, en passant par des séances de "gainage" (musculation du tronc) et des sorties en vélo de route. "On ne fait pas n'importe quoi. Un entraînement peut être dangereux. C'est pourquoi il faut une vraie formation pour être entraîneur ; il ne suffit pas d'appliquer des recettes." 

 

 

Parcours. Du VTT à la propreté...
Etonnant parcours que celui de Benoît Gloux. "J'ai beaucoup fait de VTT de 18 à 30 ans, en remportant plusieurs championnats. C'était une passion dévorante." Un BTS ne le passionne guère ; il préfère se réorienter vers un brevet d'Etat d'éducateur sportif 1er degré (BEES) en cyclisme. "J'ai continué à courir en faisant de petits boulots pendant l'hiver. J'ai ensuite travaillé à la fédération ; j'encadrais des stages, des compétitions... J'ai passé le BEES 2e degré. C'est là que j'ai appris ce qu'il faut savoir pour être entraîneur, physiologie, planification... J'aurais bien aimé devenir conseiller technique sportif mais j'étais un peu trop spécialisé vélo." Une rencontre avec un autre passionné le fait changer de trajectoire. "J'ai pu m'associer pour créer ma propre (!) entreprise de nettoyage, BG Propreté. J'ai démarré seul ; j'ai 33 salariés aujourd'hui. J'exerce le métier d'entrepreneur avec toujours un certain étonnement..."

 

 


 

  

Article publié le 12.04.2010