Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Julie Bresset. Vers l'élite du VTT, simplement...

3e aux championnats du monde de VTT 2009 courus en Australie avec le maillot de l'Equipe de France, catégorie espoir : joli cadeau d'anniversaire pour Julie Bresset qui fêtait ses 20 ans aux antipodes ! En fait de cadeau, cette médaille de bronze est surtout le résultat de plus de dix années passées à s'entraîner par les monts et les vaux des Côtes d'Armor...

  

"Mes résultats me surprennent encore..."

La petite Julie met le pied à la pédale grâce à un ami de son grand frère branché trial. "Je faisais de la danse et de la gym, mais je cherchais une activité extérieure." Julie Bresset s'inscrit dans son premier club à 9 ans ; et prend part à des compétitions dès la première année. "J'ai obtenu des résultats dès le début ; j'ai fait des petits podiums. Entre 9 et 16 ans, je participais à huit à neuf compétitions par an."
A 16 ans, Breizh Mountain propose à Julie d'intégrer l'équipe pour la Coupe de France de cross. "J'avais un vélo ; mes déplacements étaient pris en charge... C'était super !" Dès la 1e année dans l'équipe bretonne, Julie fait 4e au Championnat de France. En 2007, elle est championne de France junior ; en 2008, elle termine 4e au championnat de France espoir et 8e aux championnats du Monde. "Mes résultats me surprennent encore. Ils arrivent tout simplement."


"La simplicité, c'est ma nature..."

La simplicité caractérise la championne ; du muscle, de l'énergie, un maximum de combativité, beaucoup de technique, mais sa tête n'a pas enflé... "On me dit souvent que je suis très discrète. Certaines filles sont plus connues que moi en ayant de moins bons résultats. C'est ma nature..." En piste, en revanche, Julie fait des étincelles. "J'aime bien me confronter aux autres. Au début, je préférais le trial ; j'aimais bien la technique pour passer les obstacles. Aujourd'hui, je préfère le cross. En revanche, la descente ne m'attire pas. On est seul ; faut vraiment être "casse-cou" et débrancher son cerveau avant de plonger !" C'est le petit frère, Benoît, qui s'y colle, avec une certaine réussite lui-aussi...

 

"C'est pas toujours facile de monter sur le vélo..."

Le cerveau, Julie n'en manque pas. On s'accorde à lui reconnaître une technique et un pilotage hors du commun. Elle s'entraîne très sérieusement, mais pas tant que ça, du moins d'après ses dires. "A mes débuts en club, je m'entraînais deux heures le samedi. Et le dimanche, je partais en randonnée avec mon père." C'est d'ailleurs le papa qui crée le club de VTT de Ploeuc/Lié (22), quand la famille s'installe dans le petit bourg en Centre-Bretagne. Bien aidé dans cette tâche par le professeur d'EPS du collège local à qui Julie a transmis le virus. "C'était mon prof préféré..." Julie combine les entraînements du samedi en club à ceux du mercredi dans le cadre de l'UNSS du collège.
"Aujourd'hui, je me prépare dix à douze heures chaque semaine en moyenne, sous la conduite de Benoît Gloux, mon entraîneur. L'hiver, je fais de la natation, de la marche et de la course à pieds. J'ai aussi avec mon kiné un programme d'entretien et de musculation pour le dos qui souffre pas mal en VTT. J'ai repris le vélo en janvier. Parfois ça pèse un peu, surtout quand il pleut ou qu'il fait froid. Les compétitions, les voyages et les entraînements me font louper pas mal de fêtes aussi."


Changement de plateau en 2010...

En signant dans une nouvelle équipe, Julie donne une accélération à sa carrière sportive. Encore en catégorie espoir en 2010 et 2011, elle vise haut, vers l'élite. "Ca prend de l'ampleur en ce moment. On est parti pour toutes les courses de Coupe du monde plus le Championnat du monde au Canada en fin d'année." La saison vient de débuter avec une 1e place début mars en Coupe de Bretagne. De quoi être optimiste sur l'avenir de Julie : de bosses en bosses vers les sommets, rendez-vous en 2012 ?

 

 

Professionnelle...
Professionnelle, Julie ne l'est pas. En VTT, difficile de vivre de la course. En revanche, l'équipe BH SR-Suntour que Julie vient d'intégrer est, elle, très professionnelle. "J'ai eu quatre propositions à la suite du Championnat du monde 2009, dont deux d'équipes étrangères. Le team BH a l'habitude des Coupes du monde. Avions et hôtels sont déjà réservés pour la saison. J'ai deux VTT à ma disposition, un pour la course et un pour l'entraînement, plus un vélo de route, du très très beau matériel..." Julie reçoit une petite rémunération ; des fabricants mettent des matériels à sa disposition, lunettes, cardiofréquencemètre...
L'équipe est composée de douze coureurs, dont quatre filles. Elle comprend un team-manager et son adjoint chargé de la logistique, deux mécaniciens, une masseuse-diététicienne et un webmaster.


 

 

 

Pour suivre la saison de Julie : www.juliebresset.fr

 

 

 

 

 

 

Article publié le 12.04.2010