Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Bac pro commerce : des vendeurs qui aiment les chiffres

Un Bac pro commerce forme évidemment des vendeurs ! C’est un métier qui ne s’improvise pas. Les commerçants doivent maîtriser les techniques de vente. Mais aussi et surtout être de bons gestionnaires.

 Beaucoup de gestion en Bac pro commerce, explique Agnès LE ROLLE, Professeure

« En gestion, explique Agnès LE ROLLE professeure de commerce au lycée Louis Guilloux à Rennes, nous étudions comment calculer un prix, une marge, ou encore la rentabilité d’un rayon, d’une opération de promotion. Nous apprenons à suivre l’évolution du chiffre d’affaires, à gérer des stocks…»
« Quand j’ai choisi le Bac pro commerce, complète Caroline, élève de terminale, je ne pensais pas qu’il y avait autant de gestion, d’économie, de droit. Au début, j’avais peur que ce soit compliqué, mais en fait c’est très concret. Nous avons beaucoup de cours en petits groupes et nous étudions des cas rencontrés en stage  dans les entreprises»
Vendeur : un rôle à apprendre

Le Bac pro prépare aussi aux différentes méthodes de vente. Grâce à des jeux de rôle et des simulations, les élèves s’entraînent aux différentes étapes de la vente en contact direct avec le client. « Le plus difficile, c’est l’argumentaire, explique Erwan, élève de terminale, il faut toujours chercher à se perfectionner. En stage je m’entraînais dans la boutique avec mes collègues.» Les lycéens étudient aussi les techniques de la vente par correspondance ou en libre service. Au programme également, la connaissance des différents circuits de distribution et de tous les types de commerces. « Le paysage commerçant est changeant, commente Agnès LE ROLLE. Aujourd’hui, on assiste à une forte diminution des petits commerces indépendants qui sont remplacés par des chaînes ou des franchises. Le hard discount se développe également. »

 

Créer l’évènement

C'est concret nous avons beaucoup de cours en petits groupes, explique Caroline, élève de terminaleFaire vivre le magasin au quotidien, c’est l’objectif du troisième axe de la formation. On y apprend à créer des animations, à organiser des soldes, des braderies… En respectant, bien évidemment, la législation en vigueur. « Nous avons, en plus des stages, beaucoup de partenariats avec des entreprises rennaises, précise Agnès LE ROLLE, pour animer des opérations en grandeur réelle. Par exemple, des animations sur des thèmes comme le commerce bio et équitable, les produits bretons ou encore Pâques ». Les élèves présentent au bac un exemple d’animation réalisée pendant leur stage. Ils vont jusqu’à l’analyse financière de la rentabilité de l’opération.
Erwan a fait son animation dans la boutique du club de foot de sa ville. « J’ai organisé une promotion sur un deuxième article à moins 50%. J’ai créé les affiches annonçant la promotion, réceptionné les commandes, conseillé les clients et enfin dressé l’inventaire.»

 

Du petit commerce à la grande distribution

Le Bac pro commerce forme des vendeurs qui pourront travailler dans des magasins mais aussi dans des grandes surfaces, chez des grossistes. C’est pourquoi tout au long des trois ans de formation les élèves voPour vendre, il faut savoir écouternt en stage dans différents types de commerce. « Certains élèves préfèrent varier les expériences et d’autres donner une coloration à leur Bac pro sur un type de produit (petite enfance; informatique…), c’est tout à fait possible,  souligne Agnès LE ROLLE. Mais, ils doivent obligatoirement aller dans un petit commerce et une grande surface. En effet, dans la grande distribution, ils verront plus de gestion, mise en rayon et animation. Alors qu’en petit commerce, ils s’exerceront plus à la vente. »
Caroline a ainsi découvert les rayons produits frais et boulangerie de la grande distribution ainsi que le commerce de vêtements. « J’ai préféré mon stage en grande distribution. J’ai bien aimé le côté alimentaire et puis on a plus de collègues et il y avait une bonne entente…»

 

Forte motivation demandée

La profession demande des qualités relationnelles. Pour vendre, il faut savoir écouter, communiquer et persuader. « Il faut aussi être résistant et dynamique, précise Agnès LE ROLLE, avoir une certaine ouverture d’esprit et une bonne culture générale. Deux langues vivantes sont désormais obligatoires. »
Une forte motivation est nécessaire. Elle permet de s’accommoder d’horaires souvent difficiles et décalés : travail le soir, le week-end…
Après le Bac pro, il est possible de continuer des études vers un BTS, c’est le cas d’Erwan qui souhaite intégrer un BTS Management des unités commerciales « J’aime beaucoup les chiffres; la gestion, explique –t-i,l et je voudrais approfondir encore. Et puis, un BTS c’est toujours un plus pour évoluer dans son métier, surtout dans la grande distribution. »