Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Hôpital. Céline manipule l'image et la radio

Céline est manipulatrice en électroradiologie médicale. Une profession mal connue du grand public et parfois même du monde médical. Ni infirmière, ni médecin, Céline est chargée de différentes opérations d’imagerie médicale.

 

"Pour beaucoup, je ne suis qu’une simple « presseuse de boutons ». Or, mon métier est plus complexe qu’il n’y paraît. Je fais des radios standard, mais aussi des scanners, des IRM (imagerie à résonnance magnétique), de la médecine nucléaire ou encore de la radiothérapie. Mon champ d’action technique est donc très vaste. » Céline Rault travaille comme manipulatrice en électroradiologie médicale au service "Chaque matin, je sais que ma journée sera différente de la précédente..."d’imagerie thoracique du CHU de Rennes : elle s’occupe de faire l’imagerie concernant le cœur, les poumons des patients… Et ses services sont très utiles. « Aujourd’hui, les contrôles radiologiques interviennent dans la quasi-totalité des diagnostics. Par exemple, on ne laissera pas partir un patient sans lui faire une radio de contrôle. Nous ne sommes pas le cœur de l’hôpital mais presque… » Mais la manipulatrice radio souligne l’importance du travail en équipe, notamment avec les infirmières. « Ce sont souvent elles qui détiennent les informations importantes sur les patients. Il faut toujours être en communication pour avoir tous les éléments en tête au moment de l’examen.»

 
Hautes technologies

 

En électroradiologie médicale, les nouvelles technologies sont omniprésentes. « Il était primordial que j’ai un bon contact avec l’informatique car je travaille toute la journée sur un ordinateur. Tout est numérique maintenant. Fini le temps des lourdes cassettes pour les radios : avec la radiographie numérique, je peux voir instantanément une radio sur mon ordinateur. » Cet afflux de nouvelles techniques demande une réelle capacité d’adaptation, car ce secteur est en perpétuelle évolution. « Il faut avoir envie d’apprendre tout au long de sa carrière car les changements sont constants. On doit pouvoir se débrouiller avec la machine, en se formant le plus souvent sur le tas. Mais c’est intéressant, il y a toujours des découvertes à faire ! »  Cette évolution, Céline la constate tous les jours, car cette jeune professionnelle encadre déjà certains stagiaires présents dans son service. « Ils nous permettent de nous remettre en question et nous font part de leurs connaissances, qui peuvent déjà avoir évolué depuis que je suis sortie de l’école. » Le maniement de toutes ces machines demande principalement une rigueur et un professionnalisme à tout épreuve. « Par exemple, en radiothérapie, le travail se fait au millimètre près. Nous n’avons pas le droit à  l’erreur.»

 

Contact humain et soins

 

Le métier du manipulateur ou de la manipulatrice en électroradiologie médicale est avant tout le soin, avecun contact direct avec le patient.  Il doit pouvoir répondre au mieux aux besoins psychologiques et physiques de ses patients. Céline souligne l’importance de ce contact humain. « Je rassure les patients pour qu’ils se sentent le mieux possible. Je les informe sur la procédure entourant leur examen radiologique, car ils sont souvent angoissés, soit par l’exploration, soit par le résultat. J’essaie donc de m’occuper de leur bien-être, tout en réussissant l’examen médical. » La manipulatrice radio doit aussi veiller à sa radioprotection et à celle du patient. « Je m’adapte en fonction du patient : sa pathologie, sa morphologie. Je dois toujours chercher la meilleure façon d’acquérir l’image. »  Comme soignante, Céline est aussi amenée à faire des gestes médicaux souvent dévolus aux infirmiers ou infirmières, telles la prise de constantes ou la pose de perfusions en voies veineuses. « J’ai reçu une formation à ce sujet, car je dois pouvoir parer à l’imprévu, si quelque chose se passe mal pour mon patient.»

 

Des perspectives d'emploi

 

"Je suis diplômée de l’Institut de formation des manipulateurs d'électroradiologie médicale de Rennes depuis le mois de juin. Moins d’une semaine plus tard, j’étais embauchée pour six mois en CDD au service d’imagerie thoracique au CHU de Rennes. Et je ne suis pas la seule, puisque la totalité de ma promotion est aujourd’hui en poste. Les opportunités de travail sont très nombreuses, il y a un réel manque d’effectif. » En effet, avec le départ à la retraite des "baby-boomers", il y a aujourd’hui plus de postes que de manipulateurs en électroradiologie médicale. Une tendance qui devrait continuer dans les années à venir. « Pour un jeune diplômé, tout est possible.  J’ai des amis qui sont partis exercer à Tahiti, d’autres qui choisissent de faire des saisons : six mois à la montagne, six mois en Corse ! C’est plutôt sympa quand on débute…»

 

Devenir manipulateur/trice d'électroradiologie médicale...
Deux formations équivalentes préparent au métier de manipulateur/trice d'électroradiologie médicale : le DE (diplôme d'Etat) de manipulateur d'électroradiologie médicale et le DTS (diplôme de technicien supérieur) Imagerie médicale et radiologie thérapeutique.
Les deux formations durent trois ans.
En Bretagne, le DE se prépare à l'Institut de formation de manipulateurs d'électroradiologie médicale au CHU de Rennes. Le DTS, lui, se prépare au lycée La Croix Rouge à Brest.
La formation préparant au DE s'adresse à des candidat.e.s titulaires d'un bac S (scientifique) en priorité. La formation préparant au DTS s'adresse à des candidat.e.s titulaires d'un bac S ou d'un bac ST2S (sciences et technologies de la santé et du social).


 

  



 


 



 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

Voir les métiers :