Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Dessinateur du bâtiment : donner corps aux projets

Dessinateur du bâtiment, Grégory réalise des plans d’ouvrages sur ordinateur. Surfaces exactes, épaisseur des cloisons, matériaux utilisés, normes de sécurité… Le professionnel ne doit rien omettre. Son travail va être essentiel au bon déroulement du chantier.


 
 
 Gregory, dessinateur du bâtiment
 

« Mon grand-père travaillait dans le bâtiment. Je le voyais occupé sur sa planche à dessin. C’est ce qui m’a donné envie de faire ce métier. » Grégory est dessinateur du bâtiment. Son rôle ? Concrétiser les projets des architectes en réalisant des plans précis d’ouvrages à construire. Le professionnel ne doit négliger aucun détail. Tout au long du projet, les plans réalisés seront utilisés par les différents intervenants.
Depuis 9 mois, Grégory occupe un poste en CDI dans une agence d’architecture et d’urbanisme, après y avoir été intérimaire. L’entreprise compte une trentaine de personnes réparties sur différents sites à Rennes, Quimper, Brest et Paris. Grégory côtoie ainsi des architectes, des urbanistes, des économistes de la construction, des conducteurs de travaux et d’autres dessinateurs. « On travaille surtout sur de gros projets, indique-t-il : des mairies, des équipements culturels, des hôtels, des hôpitaux, des maisons de retraite… Depuis mon arrivée, j’ai participé à des projets de lotissements et de résidences hôtelières. On met au point des plans de vente destinés aux promoteurs qui les proposeront ensuite aux futurs acquéreurs. » 

De l'idée au papier

La table à dessin du grand-père est aujourd’hui remplacée par les logiciels de CAO (conception assistée par ordinateur) et de DAO (dessin assisté par ordinateur). Sur son poste informatique, Grégory aborde le projet par étapes. « Au départ, l’architecte réalise une esquisse du bâtiment, explique-t-il. A partir de ses idées, je prépare un avant-projet sommaire. C’est un premier plan qui va permettre de déposer le permis de construire. On y trouve déjà les volumes, on présente les matériaux qu’on va utiliser… »
Le dessinateur peut aussi effectuer un plan de masse qui servira à indiquer la disposition des bâtiments sur le terrain disponible.
Tout au long du projet, son travail va évoluer et se faire de plus en plus précis. Après l’avant-projet sommaire, il produit un avant-projet détaillé. Puis, ce sont les plans finals qui permettront aux différents corps de métiers de réaliser les travaux. On y retrouve les diverses cotations, l’emplacement des sanitaires et du mobilier, les matériaux utilisés, l’épaisseur des cloisons, les normes handicapées… Grégory peut réaliser à plus grande échelle certains détails constructifs et réaliser, par exemple, des coupes de parois ou de garde-corps…
« Ces derniers plans ne sont pas forcément définitifs, indique le dessinateur. Il peut encore  y avoir des modifications par la suite. Le promoteur peut demander quelques changements avant le commencement des travaux. Lorsque le chantier avance, on peut aussi réajuster certains plans. C’est l’architecte qui assure le suivi de chantier et sert de relais entre l’équipe et le client. » 

En équipe

Si le travail s’effectue principalement devant un ordinateur, le dessinateur n’est pourtant pas solitaire. « On travaille à plusieurs sur les dossiers. L’architecte réunit autour de lui quelques personnes. On peut être deux dessinateurs sur un même projet et se répartir les plans à réaliser, par exemple. »  Le sens du travail en équipe est ainsi essentiel. Les connaissances en construction le sont également « car il faut comprendre techniquement ce que l’architecte veut faire passer ». « Il faut également être rigoureux, logique, avoir un certain sens pratique pour comprendre l’organisation d’un bâtiment », ajoute Grégory.
Certains postes demandent enfin davantage de polyvalence et de relationnel. « Chez mon ancien employeur, je réalisais des plans mais aussi du suivi de chantier pour des projets de maisons individuelles. Le travail peut varier d’une agence à l’autre. Je pourrais aussi me mettre à mon compte, devenir sous-traitant pour plusieurs architectes. Il y a diverses manières d’exercer le métier. Et pour l’instant, je n’ai jamais eu de problème à trouver du travail. »  

 


Publié le 16/02/2012

Voir les métiers :