Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Les métiers de l’entrepôt : 80% des emplois sont des emplois de production

Dans l’entrepôt les employés logistiques se partagent les tâches entre l’expédition, la réception, le stockage et la préparation des commandes. Une certaine polyvalence est de rigueur afin de pouvoir occuper les différents postes en fonction des urgences et de l’organisation de la journée. Il faut aussi prévoir les transports et organiser les tournées afin que les marchandises soient toujours en temps et en heure dans la centaine de magasins desservis par les entrepôts.

 

Les caristes rangent les palettesSur plus de 50 000 m2, les deux entrepôts du site de Plaintel emploient plus de 300 personnes. Une centaine d’intérimaires complète ces effectifs en fonction des besoins. 80% des emplois sont des emplois d’employés logistiques qui travaillent ensuite sur des fonctions de réceptionnaires, de caristes, de préparateurs de commandes ou à l’expédition.
Pour chaque entrepôt, il y a une personne qui planifie les rendez-vous et réceptionne les camions. Puis les réceptionnaires contrôlent le contenu des livraisons et étiquettent les marchandises avec le code de rangement. « En produits frais, précise Philippe le gal, nous avons aussi des postes spécialisés en boucherie, laitage ou fruits et légumes qui vérifient la qualité et la conformité des produits. »
Une fois les marchandises à quai, interviennent les caristes. Les caristes ont trois missions : à l’aide de leur engin de manutention muni de fourches à l’avant, ils « gerbent »les palettes sur les étagères quelquefois jusqu’à huit mètres de hauteur. Ils approvisionnent le « picking » (la zone de préparation de détails des marchandises), c’est-à-dire qu’en fonction des commandes prévues, ils « dégerbent » (redescendent) les palettes dont vont avoir besoin les préparateurs, et enfin ils mettent directement à la livraison sur le quai les produits qui sont livrés par palette entière.
Les préparateurs de commande, eux, préparent des colis de produits en fonction des commandes des magasins. Tout est géré informatiquement. Munis d’un casque et d’un écouteur, ils reçoivent leurs consignes par onde radio. L’ordinateur lit et retranscrit les commandes en voix de synthèse. Une fois le colis en main, le préparateur prononce au micro les chiffres inscrits sur le rayon, l’ordinateur vérifie la validité de l’opération et défalque aussitôt le produit du stock.
A l’expédition, des opérateurs chargent dans les camions les palettes ainsi préparées en fonction des itinéraires de livraison. Des responsables d’équipe logistique animent et contrôlent le travail d’une dizaine d’employés.

 

Organiser le transport : un jeu stratégique

 

Optimisr le tournées des camions« Ici on se contente d’organiser le transport. Nous louons les camions avec leur chauffeur. » précise Philippe Le gal, responsable du site. Le service transport calcule le nombre de camions nécessaires en fonction des volumes à livrer et des horaires. Il imagine les tournées de façon à optimiser les déplacements des camions. L’informatique a énormément facilité ce travail.
Aujourd’hui, on rentre les volumes avec les impératifs de livraison des magasins et l’ordinateur sort un premier plan de transport avec des palettes en reliquat. Plan qu’il faut ensuite essayer d’adapter pour trouver la meilleure solution. «C’est un peu comme un jeu stratégique dont le but est de gagner des camions ! L’ordinateur imagine des tournées de livraison qui quelquefois peuvent paraître saugrenues mais qui au final font gagner sur l’ensemble. C’est une aide à la décision. »