Les formations et les métiers en Bretagne
Ignorer les liens de navigation Fiche Article
Ajouter la page à mon espace perso
Add This
Doc

Conseiller technologique : un métier relationnel

Biologiste de formation, Jocelyne le SEYEC est conseiller technologique. Son rôle ? Aider les chercheurs à partager leurs compétences et leurs équipements et créer des ponts entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise afin de faciliter la réalisation de projets innovants. Un métier de contact où il faut sans cesse mettre à jour ses connaissances.

 

« Mon travail, c’est de faciliter le travail des autres… Je rencontre beaucoup de gens tous passionnés et c’est très enrichissant. » Jocelyne le Seyec est conseiller technologique au CRITT santé Bretagne, une association qui accompagne les entreprises et les laboratoires bretons sur les marchés de la santé. Son univers ? Celui des biotechnologies. «J’ai été embauchée en 2002, explique-t-elle, pour organiser et animer le réseau « OUEST-genopole®» qui venait d’être créé en réponse à un appel d’offre du ministère de la recherche. Il s’agissait de mettre en commun des équipements très coûteux et des compétences souvent très pointues pour qu’ils soient utilisés par le plus grand nombre de chercheurs. Notre domaine c’est celui de la génomique et de la post-génomique, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’étude des gènes et ce qui vient après : le passage des gènes à l’ARN messager qui est lu et qui donne des protéines. »

 

Organiser et animer

 

A son arrivée un groupe de chercheurs avaient déjà défini cinq plates-formes technologiques et les laboratoires qui les accueilleraient. Chacune avec leur spécialité : l’études des gènes, des ARN messagers, les recherches sur les protéines, sur leurs fonctions, et pour couronner le tout, la bio-informatique qui permet de stocker et d’analyser des données en très grande quantité. «J’ai commencé par visiter les laboratoires. Il fallait organiser le fonctionnement, fixer les règles d’utilisation. Avec l’aide du comité de pilotage qui est devenu aujourd’hui le conseil scientifique, nous avons aussi défini les priorités, les équipements et les personnels nécessaires. C’est important d’avoir le même niveau scientifique que les chercheurs pour comprendre leur problématique et en même temps d’avoir un regard extérieur pour organiser l’ensemble ». En parallèle, Jocelyne Le Seyec, a mis en place, avec l’aide d’un juriste, les statuts de «OUEST-genopole®». Pas si simple pour une structure, à cheval sur la Bretagne et les Pays de la Loire, qui regroupe 54 laboratoires de recherche fondamentale sur quatre grands domaines: la mer, l’agroalimentaire, la santé et la bio-informatique. « Je m’occupe également de l’animation du réseau, continue Jocelyne Le Seyec. Je programme des journées d’information axées sur une technologie ou j’organise des carrefours avec des stands de présentation des plates formes, des conférences scientifiques..."

 

Accompagner les porteurs de projets

 

Aujourd’hui, « OUEST-genopole® » n’occupe plus Jocelyne le Seyec à temps plein. Elle accompagne et suit d’autres projets au CRITT Santé Bretagne sur son domaine d’expertise, les biotechnologies appliquées à la santé et en particulier la thérapie génique et cellulaire. Là, elle sert d’intermédiaire entre des entreprises privées et le monde de la recherche. Quand un chercheur, par exemple, a une idée pour valoriser ses travaux, elle l’aide à trouver des financements et le met en relation avec d’autres chercheurs ou avec l’entreprise qui pourra lui répondre. Pour cela, il faut bien connaître les réseaux et les conditions et contraintes de l’entreprise. Son expérience professionnelle dans le privé et sa connaissance de la recherche publique sont incontestablement un atout.
« Mais je dois aussi trouver de nouveaux projets, complète Jocelyne Le Seyec. Le CRITT Santé dispose de certains outils comme par exemple les appels d’offre du conseil régional de Bretagne. La gestion de l'un d'entre eux a été confiée au CRITT et permet de financer des laboratoires publics sur des projets innovants. Cette année, j’ai diffusé cet appel d’offre et ai aidé à monter les dossiers. C'est le comité de politique scientifique du CRITT Santé qui ensuite désigne des experts extérieurs, sur la base des résumés des projets que je leur ai fait en respectant la confidentialité. Au final, c'est ce comité qui propose au conseil régional les projets qui bénéficieront du financement. »

 

Faire de la veille documentaire

 

Jocelyne le Seyec dépouille chaque semaine de nombreuses revues scientifiques et transmet les nouveautés et les informations utiles aux laboratoires ou aux entreprises. Elle connaît aussi les réglementations très précises qui encadrent le secteur de la santé et se tient au courant de leur évolution. Animation, coordination, gestion de projet, veille documentaire, ses activités sont variées et c’est ce qui lui plait « je travaille sur des technologies innovantes. Je suis certes moins pointue qu’un chercheur et je travaille sur les projets des autres mais en retour je bénéficie d’une vision plus globale et je suis tout le temps en train d’apprendre et de me ressourcer.»


Voir les métiers :